Légalisation du cannabis : ce n’est pas pour demain !

Vues : 213

Le sujet continue de faire débat au sein du Parti socialiste. Ceux qui pensaient que le débat sur la dépénalisation du cannabis allait être ouvert grâce au secrétaire d’État Jean-Marie Le Guen (PS), ont très vite vu leurs espoirs anéantis par le gouvernement.

Aujourd’hui (12 avril), le gouvernement, par la voix de son porte-parole, Stéphane Le Foll a réaffirmé l’hostilité du gouvernement sur une possible légalisation du cannabis.

« Il n’y a aucune piste ni de travail, ni de réflexion… Ce n’est pas la position du gouvernement… D’ailleurs je crois qu’il l’a lui-même dit (Jean-Marie Le Guen). C’est une position qu’il défend depuis longtemps (…) en tant que médecin. Mais ce n’est pas la position du gouvernement. Si le Parti socialiste veut débattre, c’est tout à fait légitime, mais il n’y a pas sur ce sujet d’autres positions que celle qui a été exprimée par le Premier ministre et le président de la République», a déclaré Stéphane Le Foll sur France 2.

Une réaction suivi de celle de la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem a également tenu le même discours. Tout cela a commencé hier (11 avril) la possibilité de légaliser la consommation de cannabis avait été évoquée par un membre du gouvernement, le secrétaire d’Etat Jean-Marie Le Guen :

« La prohibition n’amène pas la diminution de la consommation… le cannabis est une très mauvaise chose pour la santé publique, en particulier chez les jeunes… Je propose que le Parti socialiste dise enfin la vérité : que l’interdit moral n’interdit rien du tout et crée beaucoup de dégâts dans la société française… notre pays est l’un de ceux qui consomme le plus… les produits distribués par le trafic, sont plus dangereux que dans d’autres pays », a-t-il déclaré sur le plateau de BFMTV ce lundi.

Des propos qui ont suscité de vives réactions du côté de l’opposition. Les représentants des partis politiques Les Républicains et Front National parlent de tentatives de diversion pour ne pas parler des vrais problèmes ou même d’une tentative de séduction désespérée du Parti socialiste en direction des jeunes.

A.G

Photo d’illustration : domhertz.com