Les activistes ont choisi de se réunir autour de la Savane pour une prise de parole

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Ce dimanche 02 août, les activistes ont transformé leur manifestation prévue au Parc Aimé Césaire, en une prise de parole autour de la Savane.

Les militants ont donné rendez-vous à la population ce jour sur la Savane de Fort de France et non devant la Porte du Tricentenaire comme prévu initialement. Le préfet de l’île avait pris un arrêté interdisant toute manifestation aux abords du parc culturel ce dimanche 2 août. Les forces de l’ordre étaient très tôt mobilisées devant le monument.

Les activistes ont donc choisi de se réunir autour de la Savane pour une prise de parole, autour des problématiques du chlordécone, des violences policières, et la destruction des monuments représentant la période coloniale en Martinique. Une distribution de repas aux personnes précaires a également eu lieu.

Dans un communiqué publié sur les raisons sociaux, le « collectif des martiniquais.e.s éveillé.e.s » a expliqué son positionnement :

Communiqué du collectif des martiniquais.e.s éveillé.e.s :

Suite aux nombreuses actions et manifestations menées à Fort-de-France durant ces derniers mois, la population martiniquaise se retrouve malheureusement troublée, perturbée et parfois manipulée du fait de nombreuses incompréhensions.

Vu les tensions initialement suscitées par l’action du dimanche 2 août au sein du peuple martiniquais, il s’agit aujourd’hui de rétablir la vérité, à l’aide de l’honnêteté.

Suite à l’appel citoyen lancé pour la destruction des statues de Joséphine et Desnambuc, nous nous sommes rendus devant la porte du tricentenaire de la colonisation afin de mettre en lumière son histoire et son rôle tragique, malheureusement méconnus. Initialement, nous avions, devant cette porte, lancé un appel à sa destruction, et nous l’assumons. Dès le lendemain, Lundi 27/07 nous avons amendé l’action, en appelant plutôt au nettoyage et à la rénovation de la fresque de Khokho, et à la distribution de repas aux personnes précaires vivant aux alentours de la porte célébrant les 300 ans de colonisation, le tout en compagnie de Béatrix Renée-Corail, héritière du savoir faire légendaire de Khokho … Lire la suite ici

Photo : Manuela Amable-Potiron