Les Amazones font la Une en France Métropolitaine et aux Antilles

Vues : 397
octobre-e-rose-2018

Un an après ses débuts et le succès de la manifestation « Amazones à la Villa Woz » (Octobre Rose 2017) qui a permis la prise en charge de plus de 350 femmes en soins pour un cancer, l’association Amazones innove une nouvelle fois en faisant la une de deux magazines pour Octobre Rose 2018.

En effet, le célèbre magazine Rose édité à près de 180 000 exemplaires, deux fois par an, et distribué partout en France a choisi une Amazone, Rosemay, pour la couverture de son édition d’Octobre. Ce sera aussi la première fois qu’une femme noire fera la couverture d’un tel magazine. Pour la première fois, distribué partout en Outre Mer, il abordera dans un grand dossier, « le cancer dans les Outre Mer », et consacre un sujet entier à l’exposition Amazones qui a eu lieu à la Villa Chanteclerc l’année dernière (Villa Woz).

De plus, l’association AMAZONES est très fière d’annoncer la création de son propre magazine, il sera en vente dans tous les kiosques le 5 octobre 2018. Dans cette première édition des femmes de Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion et Tahiti parlent de leurs vécus, se confient, témoignent, parfois prennent la plume.

Il s’agit pour nous de combler un énorme déficit de visibilité en la matière. En effet, la littérature médicale ou la presse spécialisée n’ont montré que très peu voir pas du tout de femmes noires, originaires d’Outre Mer, dans leurs supports. Cette invisibilité est une double peine pour nombre de femmes qui se reconnaissent peu dans les flyers, informations, documentations qui ne parlent pas de leurs réalités. En effet, dans nos sociétés, le cancer peut parfois être tabou, et une information accessible est un moyen efficace de rompre le silence qui peut entourer cette maladie.

Ce magazine vendu à 7 euros dans tous les points de vente presse habituels est aussi pour l’association Amazones, une façon de récolter des fonds pour poursuivre ses activités d’accompagnement auprès des nombreuses femmes malades que nous recevons au Nid, le 1erstudio de soins de support créé par l’association en avril dernier qui fonctionne essentiellement sur du bénévolat, les adhésions et des dons privés. Plus d’infos par ici