« Les blancs pensent être supérieurs » : Les réactions après les propos de Lilian Thuram

Lors d’une interview accordée à la presse italienne, Lilian Thuram a déclaré : «Il faut prendre conscience que le monde du foot n’est pas raciste mais qu’il y a du racisme dans la culture italienne, française, européenne et plus généralement dans la culture blanche. Il est nécessaire d’avoir le courage de dire que les blancs pensent être supérieurs et qu’ils croient l’être. De toutes les manières, ce sont eux qui doivent trouver une solution à leur problème. Les noirs ne traiteront jamais les blancs de cette façon, et pour n’importe quelle raison. L’histoire le dit. »

Des propos qui ont suscité une vive polémique. L’ancien footballeur français d’origine guadeloupéenne, Lilian Thuram réagissait aux cris de singes subis par certains joueurs dans les stades italiens, notamment ceux qui ont visé dimanche dernier, le joueur Romelu Lukaku de l’Inter Milan.

La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) a réagi aux propos footballeur via un communiqué publié sur son site internet :

Ces propos témoignent des risques d’une dérive du combat antiraciste dans lequel Lilian Thuram s’est toujours investi.

L’universalisme républicain, c’est-à-dire cette idée selon laquelle la République est indivisible, demande un travail constant et exigeant : il n’est pas possible d’essentialiser un groupe – en l’occurence « les Blancs » en le définissant globalement par des caractéristiques uniques qui vaudraient pour l’ensemble de ses membres. Surtout, ce serait un poison que de vouloir en permanence définir des individus en fonction de la couleur de leur peau car c’est précisément le piège tendu par les racistes.

Cette assignation, qui crée un monde avec les « Blancs » d’un côté et les « Noirs » de l’autre, n’est pas acceptable si on prétend, comme souhaite le faire Lilian Thuram, combattre le racisme. La division de la société en groupes de couleur est une lourde erreur qui produira l’effet inverse au but recherché : celui d’une société fragmentée là où il y a urgence à réunir, à rassembler, à faire renaître un idéal commun.

Contrairement à la LICRA, SOS Racisme, qui a également réagi suite à la polémique, prend la défense de Lilian Thuram : « On ne peut laisser faire un procès à Lilian Thuram et le traiter de communautariste et de raciste est inacceptable. Nous connaissons son combat et ses valeurs. Le vrai problème n’est pas un morceau de phrase de Lilian Thuram. Le problème, c’est que des Noirs soient accueillis régulièrement par des cris de singe sur des stades de foot dans l’indifférence des autorités et trop souvent de leurs coéquipiers. », a expliqué le président de SOS Racisme, Dominique Sopo à l’Equipe.

Au lendemain de la polémique, Lilian Thuram a déclaré à RTL que ses propos avaient été « sortie de ‘leur’ contexte ». « On a fait un amalgame de mes réponses sans mettre les questions ». Il a même reconnu avoir été maladroit.

« Les personnes racistes ont un complexe de supériorité » a-t-il précisé. Il assure que ses propos concernaient « ces supporters qui tiennent un discours raciste ».