Les cheveux crépus et tressés fouillés dans les Aéroports américains

Vues : 1899

Les coiffures (afro, tissage et extensions) de certaines femmes sont considérées comme anormales et dans le doute certains agents de sécurité poussent la fouille jusque là. Sans ménagement, ils tâtent et cherchent d’éventuels caches. Le contrôle est obligatoire c’est un fait, mais doit-il se faire aux dépends de l’intégrité de certaines femmes dans la société, c’est la question que se pose l’avocate Novella Coleman. Passagère, elle-même, ayant subi, ce même acte dévalorisant, elle a enquêté et interpellé la TSA, l’Agence Nationale Américaine de Sécurité dans les Transports.

afro soeur beyonce

Comme Solange Knowles (la sœur de Beyonce), de nombreuses femmes ont acté de pratiques dégradantes, durant les contrôles de sécurité, dans certains Aéroports aux États-Unis. Les cheveux crépus et tressés sont dans « l’Anormalité » rapporte Refinery 29, dans son article du  31 Mars 2015,  intitulé: « La TSA (Agence de Sécurité Américaine) change sa position sur les fouilles des cheveux naturels.

Johnnetta Elzie

Malgré un accord qui interdit les fouilles à caractère racial, l’Aéroport de Saint Louis dans le Missouri, continue de fouiller la tête des passagères noires, atteste une américaine sur son compte twitter. Dans Teen Vogue (un magazine américain), on note la colère de Jonhetta Elzie, une activiste des #BlackLivesMatter .

Le Mardi 8 Décembre, Johnetta Elzie est à Chicago. Elle doit rentrer chez elle dans le Missouri. Elle hésite entre voyager de nuit en train , louer et conduire durant 4heures ou acheter un billet d’avion. Elle choisit de prendre l’avion, plus rapide. Elle témoigne :

« Je portais mon pull Spelman ( marque de son université), un legging, des
bottes ainsi que mes vanilles (le style Marley) mi-attachées, mi-lâchées. Je
mentionne ce détail car c’est quelque que je suppose que beaucoup de
femmes(blanches) ne savent pas: En tant que femme noire qui voyage
beaucoup, j’ai constaté que mes cheveux sont souvent fouillées
minutieusement par les agents de sécurité, ils les jugent souvent plus épais que « la » normale. »

Elle arrive au contrôle de sécurité, c’est le protocole habituel. Tout d’abord on la fouille, les gestes trop souvent répétés, qu’elle ne s’en offusque plus. Les agents de sécurité touche différentes parties de son corps, elle passe le portique de sécurité, sans aucun souci. Puis, ces ennuis commencent maintenant. Une contrôleuse est intriguée de voir des cheveux crépus et si épais, elle s’approche et  tient la touffe de cheveux de la jeune femme. Elle se débat et lui dit qu’elle a mal, la contrôleuse qui n’a pas la main légère n’en tient pas compte et continue à secouer sa chevelure. Johnetta Elzie termine son twitte ainsi :

« Voyez-vous, rien dans le fait d’ajouter des vanilles à mes cheveux naturels
en tant que femme noire avec un crâne sensible, cela fait mal. Je ressentais
chaque petite natte comme un minuscule fil.
Le fait que cette femme attrape mes cheveux de façon si désinvolte était
dégouttant. »

Elle a porté plainte sans succès.

Ces pratiques continuent dans certains grands aéroports américains même si la Direction de la TSA s’est engagée il y a quatre ans, à mettre en place des « entraînements anti-discriminatoires ». Les choses évoluent doucement et selon la militante de #BlackLivesMatter, seuls les Aéroports de Los Angeles et de Minneapolis restent vigilants pour éviter ce genre de fouilles humiliantes.

Dorothée Audibert-Champenois

Collaboration L.A

Crédit photo à la Une : brownskin.fr