Les élus du Prêcheur déposent et déplacent, à titre conservatoire, une stèle en hommage à Du Parquet, 1er colonisateur de l’ile, en attendant de lui organiser un procès, en 2021

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Les élus de la commune du Prêcheur ont décidé, à l’unanimité, à la demande du maire, de déposer et de déplacer, jeudi, à titre conservatoire, une stèle rendant hommage à Du Parquet, premier colonisateur de la Martinique, en attendant de lui organiser un procès symbolique en 2021, avec la population martiniquaise.

Cette démarche s’inscrit dans une politique mémorielle entamée depuis plusieurs décennies par cette commune qui a déjà rebaptisé, en concertation avec ses habitants, des noms de rues ou encore rebaptisé la place à l’entrée du bourg, Place du 22 mai 1848, date de l’émancipation des esclaves en Martinique.

La décision de ce déboulonnage a été prise, à l’unanimité, ce mercredi 5 août, lors du conseil municipal de la commune du Prêcheur.

« Nous avons décidé d’organiser, en mai 2021, un forum citoyen qui prendra la forme d’un procès symbolique à caractère pédagogique à l’instar de celui qui avait été fait au personnage historique de Christophe Colomb », a expliqué, Marcelin Nadeau, le maire du Prêcheur.
« Ce forum pour lequel nous serons accompagnés par des historien-ne-s, des expert-e-s et les membres de la commission municipale de la mémoire nous permettra de décider du « sort » réservé à ce monument entre trois options : le détournement de sens à travers un travail artistique, son effacement de notre espace public ou encore son maintien avec un panneau explicatif », a-t-il ajouté.

Les « Rouge, Vert, Noir » avaient déjà recouvert la stèle d’un tissu RVN

Dans le contexte actuel des déboulonnages et des destructions de statues liées à la colonisation, la commune du Prêcheur a choisi, en attendant le procès de Du Parquet, d’anticiper et de déposer elle-même ce monument qui représente une colonne tronquée. Ce symbole colonial, érigé place Du Parquet dans le bourg du Prêcheur, avait déjà été recouvert, il y a un an, d’un tissu de couleurs rouge, vert, noir (symbole des anticolonialistes) pour notamment masquer l’inscription figurant sur son fronton : « A la mémoire de Du Parquet, 1er colonisateur de l’ile. La Martinique reconnaissante ».

En 1997, un premier débat avait déjà été initié sur le sort de cette stèle, qui dérangeait des habitants qui l’avaient qualifiée « d’aberration ».
Plus tard, sous la pression, la mairie a fait ériger une sculpture, “Les Bras de la liberté », représentant deux impressionnantes mains ouvertes, levées vers le ciel, symbole du 22 mai 1848, pour faire écho à la colonne de Du Parquet. « Les Bras de la liberté » est signée du sculpteur Hector Charpentier.

Le Prêcheur, une longue tradition de révoltes et d’insoumission à l’esclavage et au colonialisme

Le Prêcheur est un haut lieu des révoltes d’esclaves en Martinique. L’une des plus célèbres est celle de l’esclave Romain qui avait défié son maître en osant jouer du tambour, malgré son interdiction. Son emprisonnement avait conduit à une révolte d’esclaves incontrôlable, contraignant les autorités de l’époque à anticiper l’abolition de l’esclavage sur l’ile et à l’annoncer le 22 mai 1848.

Alors que la ville de Fort de France peine à fédérer les habitants autour de la question mémorielle, notamment sur le sort des statues liées à la colonisation et à l’esclavage, la commune du Prêcheur poursuit, en concertation avec ses habitants, un travail de mémoire salué en symbiose avec ses élus et ses habitants y compris les élèves qui y sont impliqués.
Le maire du Prêcheur rappelle que la démarche mémorielle de sa ville remonte à ses prédécesseurs qui l’ont initiée, dans le souci de rendre hommage aux héros et héroïnes martiniquais (es).

« Processus que nous avons amplifié à notre arrivée à la gestion municipale. Notre commission municipale de la mémoire présidée par Jean-Edgard Abrosi a été mise en place depuis mars 2019, donc bien avant les événements du 22 mai 2020 », souligne Marcelin Nadeau, coupant ainsi l’herbe sous les pieds de ceux qui seraient tentés de l’accuser de faire de la récupération politique.

 

Suite à la décision du conseil municipal du Prêcheur hier, aujourd’hui on a assisté au remplacement de la stèle en hommage à Duparquet .. symbole de l’époque coloniale

Publiée par Péyi-A sur Jeudi 6 août 2020