Les éthylotests bientôt vendus dans les débits de boissons alcoolisées à emporter et en ligne

Rédigé par : Hugo Paterne, le
Publié dans : Actualites, France, Guadeloupe, Guyane, Martinique
Mots clés :

La vente d’éthylotests dans les débits de boissons alcoolisées à emporter se généralise à partir du 1er juillet 2021

Le gouvernement veut inciter ainsi les usagers de la route à l’auto-évaluation de leur taux d’alcool. Et cela passe par l’application d’une mesure du Comité interministériel de la sécurité routière, qui combat la conduite sous l’emprise de l’alcool

A partir du 1er juillet prochain, les établissements de boissons alcoolisées à emporter devront obligatoirement proposer à la vente des éthylotests à proximité du rayon présentant le plus grand volume de boissons alcooliques, ou alors près du lieu d’encaissement pour les débits dont l’activité principale est la vente d’alcool. Cette obligation concerne également les sites de vente en ligne de boissons alcoolisées.

Les responsables d’établissements concernés disposent de 3 mois pour mettre à la vente de façon permanente des éthylotests pour permettre l’auto-dépistage de l’alcoolémie. Ces boutiques doivent détenir des éthylotests chimiques obligatoirement et en complément possible des éthylotests électroniques. Il faudra toujours un stock minimal de 10 ou 25 éthylotests, fixé en fonction de la taille des rayons alcool.

Les débits de boissons concernés devront également respecter une obligation d’information sur l’importance de l’auto-dépistage. Les gérants devront donc apposer une affiche de prévention à proximité immédiate de chaque rayon présentant des boissons alcooliques, affiche qui devra indiquer que ces éthylotests sont à la vente.

Si les éthylotests ne sont pas vendus à côté de chaque étalage proposant de l’alcool, il faut que la localisation des éthylotests à la vente au sein de l’établissement soit indiqué. Sur les sites de vente en ligne de boissons alcooliques, une bannière devra apparaître sur la page de paiement de façon fixe et visible en permanence.

Les contrevenants risquent une amende de 675 euros et jusqu’à 1 875 euros en cas d’amende forfaitaire majorée.

Voici le lien pour trouver cet arrêté :

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT00004333358