Des étudiants martiniquais et guadeloupéens toujours bloqués au Canada

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Guadeloupe, Martinique
Mots clés : ,

Ils sont partis au Canada afin de poursuivre leurs études. Plus d’une semaine après le déconfinement, une centaine de jeunes martiniquais et guadeloupéens sont toujours bloqués, à Montréal et dans d’autres villes universitaires du pays.

Face à cette situation inquiétante, leurs parents qui ont formé un collectif, ont usé tous les recours pour se faire entendre (CTM, députés, ministères…), mais rien y fait. Plus d’une semaine après le déconfinement, la centaine d’étudiants antillais est toujours bloquée au Canada.

« Nos enfants étudiants à Montréal sont bloqués là-bas et ni la ministre des Outre-Mer ni les préfets (Martinique et Guadeloupe) ne semblent vouloir intervenir pour les ramener » nous a confié un parent.

« Air Canada profite de leur détresse pour augmenter les billets alors que c’est la compagnie qui annule et propose des vols sans cesse reportés à des dates incertaines… C’est une véritable prise en otage de nos enfants » poursuit-il.

Le 14 mai dernier les députés guadeloupéens et martiniquais ont uni leurs voix dans un courrier commun adressé à Jean-Yves Ledrian, Ministre des affaires étrangères, « dans l’intérêt des étudiants Antillais basés au Canada en vue d’un rapatriement immédiat ».

« Il faut absolument que L’Etat intervienne afin de permettre le retour de ces jeunes parfois isolés et en détresse » a déclaré le député martiniquais Jean-Philippe Nilor.

Le député martiniquais serge Letchimy demande que les étudiants « puissent rejoindre les Antilles au plus tard le 07 juin » dans un courrier adressé à la ministre des Outre-mer, Annick Girardin.

A la ministre des Outre-mer Annick Girardin , avec copie au ministre des affaires étrangères, pour qu’une action soit faite afin que ces étudiants martiniquais qui sont également bloqués au Canada avec des étudiants guadeloupéens, puissent rejoindre les Antilles au plus tard le 07 juin, afin de mettre fin à leur attente insupportable, la date de départ du Canada ayant été reportée à plusieurs reprises