Les gérants de stations service suspendent la grève, les salariés colérisent

Vues : 0

station service

La grève illimitée des gérants de stations service suspendue

La grève illimitée devait prendre effet ce dimanche 15 décembre comme annoncé, mais finalement les gérants de stations service préfèrent conserver une ouverture au dialogue. Ils ont suspendu et non annulé le mouvement, le préavis de grève étant toujours d’actualité, dans l’attente de la rencontre entre les représentants des gérants des stations-service et le Ministre des Outremers Victorien Lurel, prévue mercredi 18 décembre à Paris. Ils attendent une révision du décret Lurel, qui doit entrer en vigueur au 1er janvier, sur la fixation des prix du carburant ainsi qu’une nouvelle proposition sur le calcul des prix qui risquent d’affecter l’économie des départements concernés. Les pompes seront donc opérationnelles jusqu’à l’annonce du bilan des négociations la semaine prochaine.

Les salariés des stations scandalisés par un manque de considération des gérants

Dans le même temps, les salariés des stations s’insurgent contre leur gérance. Une réunion a d’ailleurs eu lieu ce samedi entre les représentants syndicaux de la CGTM-produits pétroliers. Ils dénoncent, quant à eux, une hypocrisie des gérants proclamant la défense des intérêts de leurs salariés. Le secrétaire général adjoint de la CGTM, Gabriel Jean-Marie l’affirmait d’ailleurs en ces termes: « Quel culot! C’est un comble, des gérants qui se présentent aujourd’hui comme défenseurs des salariés! Pourquoi n’appliquent-ils pas alors une convention collective qui aurait dû l’être depuis 1990 ? Pourquoi refusent-ils obstinément de payer des arriérés, de négocier avec la CGTM-produits pétroliers, pour renégocier notamment ce fameux accord interprofessionnel pétrolier qui garantit à ces gérants une rente puisque depuis le 21 juin 2008, ils rackettent la population martiniquaise ? ». Devant faire face à un détournement des recette, un non paiement d’arriérés de salaires sur la période 2004-2009, la demande des gérants envers les salariés de rattraper les heures non travaillées lors de leur mouvement du 10 décembre dernier, tous crient au scandale.  Loin de parler de grève à ce jour, ils préfèrent déclarer « vous serez tenus au courant en temps et en heure. ».

Un conflit qui se généralisent au secteur tout entier et pour lequel les intérêts, ceux des gérants de stations services et ceux des salariés, sont en réalité bien différents.

Photo: Google images