Les inégalités France Outre-Mer de Claudy Siar

Vues : 10

Dans sa tribune « Les dix exemples flagrants d’inégalités de traitement envers l’Outre-mer et ses originaires », Claudy Siar, délégué  Interministériel à l’égalité des chances pour les français d’Outre-Mer a décidé de dénoncer ce qu’il considère comme des injustices.

La couverture du premier tour de la présidentielle aura, semble-t-il, été la goutte d’eau. Claudy Siar a critiqué les médias qui ont négligé dimanche lors du premier tour les Français d’outre-mer, considérés selon lui comme des « confettis de l’ancien empire colonial français »

« La soirée électorale du 22 avril 2012 et les jours qui l’ont précédée furent édifiants en termes de relégation de l’outre-mer », dit-il. « Tous les médias, publics et privés, ont assimilé les votes des Français d’Outre-mer à ceux des Français de l’étranger »

Dans sa tribune, le délégué interministériel à l’égalité des chances des français d’Outre-Mer entend lancer « un appel solennel à l’ensemble de notre pays, aux institutions, à la société civile afin qu’il soit mis fin aux inégalités de traitement envers l’Outre-mer.

« Aujourd’hui si ma voix n’est pas entendue, la France devra faire face à la division du pays, car la colère gronde ».

Pour illustrer son « énième coup de gueule ? », l’ex-patron de Tropiques FM qui a succédé il y a un an à Patrick Karam à la fonction de délégué interministériel énumère ses dix exemples « flagrants » d’inégalités » France Outre-Mer :

1. LA TÉLÉPHONIE MOBILE

Les licences et les tarifications spécifiques et inégalitaires en Outre-mer positionnent ces régions comme des territoires étrangers à la France hexagonale :
– forfait illimité inexistant pour les appels internes au territoire national
– tarifications particulièrement élevées pour les appels entre DOM souvent supérieures à certaines destinations étrangères
– impossibilité d’envoyer des mms entre DOM, de l’Hexagone vers les DOM et inversement De plus, tous les opérateurs de téléphonie mobile appliquent la surtaxe (le péage) du roaming.

Depuis des années les originaires crient au scandale sans que personne ne les entende. Lors des Etats Généraux de l’outre-mer en 2009, la commission n° 12 avait déjà dénoncé la tarification « Outre-mer/Hexagone ». Outre-mer est privé de la continuité territoriale pourtant instaurée dans ce domaine depuis bien longtemps pour les Corses. Un dispositif appliqué pour une région d’Outre-mer (la Corse) doit l’être pour toutes en respect du principe d’égalité.

2. LES BILLETS D’AVION

La multiplication des compagnies aériennes desservant l’Outre-mer n’a rien changé au coût élevé des billets pour les originaires d’Outre-mer résidant en Outre-mer ou dans l’Hexagone. Là encore, des accords initiés par le Gouvernement permettent aux résidents de la Corse de bénéficier de la continuité territoriale depuis 1970, quand elle ne s’applique que depuis 2004 et dans une bien moindre mesure au sein des autres départements d’Outre-mer. Il existe un billet « territorial » pour les Corses,rien pour les originaires des Antilles, de Guyane, de l’Ile de la Réunion, de Mayotte, de Saint-Pierre-et-Miquelon, et du Pacifique.

Le principe d’égalité de traitement n’est pas respecté.

3. LE CHOMAGE CHEZ LES JEUNES

Le chômage chez les jeunes en Outre-mer est largement supérieur à la moyenne nationale, battant à ce titre un triste record selon les chiffres disponibles à l’INSEE. Dans l’Hexagone en 2010, 30% de chômeurs pour la population active des – de 24 ans contre 60% à la Réunion en 2011, 25,4% à Mayotte, 47,83% en Guyane, 52,9% enGuadeloupe, 60,03% en Martinique.

Des chiffres effrayants dont personne ne fait état. La jeunesse d’Outre-mer est coupée du reste de la France.

4. LES CHÈQUES HORS PLACE

Lorsque vous êtes en France hexagonale et que votre compte est domicilié aux Antilles par exemple, vous ne pouvez pas régler vos achats par chèque.

On parle de « chèque hors place ». Le problème est le même si vous vous rendez aux Antilles et que votre compte est domicilié dans l’Hexagone. L’outre-mer est considéré par le système bancaire français comme étranger à l’Hexagone. La colère des clients d’outre-mer n’y a rien changé.

5. LA DRÉPANOCYTOSE

En France, la plus meurtrière des maladies génétiques est la drépanocytose, c’est une maladie galopante qui, chaque année, fait de plus en plus de victimes dans l’Hexagone. Elle est également la plus répandue dans le monde et touche essentiellement les originaires d’Outre-mer (Antilles-Guyane en majorité), d’Afrique, d’Amérique du Sud et du bassin méditerranéen. Cependant l’Etat néglige les souffrances de ces malades.

Depuis des décennies, des associations et des « personnels aidants » se battent pour que les drépanocytaires soient pris en compte et que les pathologies de cette maladie soient enfin reconnues par une mise en place d’une politique de lutte contre la drépanocytose. Les avancées trop timides dans ce domaine ne répondent pas à l’urgence de la situation des malades.

6. LES CAUTIONS

Les parents des personnes résidant en Outre-mer, souhaitant se porter caution pour untiers installé dans l’Hexagone se voient systématiquement refuser un statut de « garants ».

En effet, les agences et les particuliers considèrent probablement que ces régions ne sont pas des terres françaises. Parfois il arrive que certaines personnes obtiennent gain de cause après d’âpres négociations.

7. LES MEDIAS

L’absence de l’Outre-mer dans les médias est flagrante.

L’Outre-mer n’est représenté qu’à la faveur d’une catastrophe naturelle, sanitaire ou de temps en temps à l’occasion d’une grève générale. Il aura d’ailleurs fallu 15 jours aux médias nationaux pourdécouvrir les grèves de 2009 aux Antilles et 10 jours pour celles de Mayotte en 2011. Cette absence de prise en compte et encore plus évidente dans les bulletins météo. A l’exception aujourd’hui de France info, TF1 épisodiquement et France 2, tous les médias (radios, télés, journaux…) refusent d’inclure l’Outre-mer dans leur bulletin météo.

Ce mépris témoigne du peu de considération et de la représentation que la classe médiatique se fait de la France, et qu’elle conforte auprès du public.

8. LE PASSEPORT

Sur les passeports les plus récents, la France n’est incarnée que par l’Hexagone et la Corse. Au fil des pages, après les continents, on voit en sous impression et par ordre alphabétique toutes les régions françaises sauf celles d’Outre-mer.

Pour les découvrir il faut se référer à l’avant-dernière page où sont regroupés tous ses territoires. Les terres d’Outre-mer ne seraient-elles que « les confettis de l’ancien empire colonial français » ?

9. LA POSTE

La tarification spécifique des envois de colis ou des transferts d’argent transitant par la poste est sans comparaison avec celle proposée dans l’Hexagone. La redistribution de courrier et les abonnements à la presse nationale font l’objet de surtaxes qui limitent l’accès à l’information.

Nombre d’offres publicitaires portent la mention « offre réservée à la France métropolitaine » pour ces raisons de surcoûts. Peut-on se contenter d’un système de communication à 2 vitesses ? Il est également plus onéreux d’envoyer ces colis dans les régions d’Outre-mer à partir de l’Hexagone. La Poste n’applique le principe de continuité territoriale que pour le courrier.

10. LA POLITIQUE FAMILIALE

En France hexagonale, l’enfant génère un droit à la couverture des prestations familiales et quel que soit le statut professionnel des parents. En Outre-mer, les travailleurs indépendants doivent démontrer qu’ils sont à jour de leurs cotisations sociales pour ouvrir le droit aux allocations familiales. Le principe d’égalité est bafoué.
.