Les Médecins Libéraux de Martinique écrivent une lettre ouverte à Sébastien Lecornu, ministre des outremers

Les Médecins Libéraux de Martinique écrivent une lettre ouverte Sébastien Lecornu, pour obtenir pour un entretien en urgence « relative à la situation dramatique des professionnels de santé de la Martinique. » Depuis le début la grève, de nombreux épisodes de violences et de dégradations ont été perpétrés à l’encontre des professionnels et lieux de santé, durant ces derniers jours et ce, sur l’ensemble du territoire. Des pharmacies ont été vandalisées, brûlées, des cabinets médicaux saccages. Les services du SMUR se sont retrouvés en difficulté de circulation et des médecins victimes d’incivilité aux abords des barrages.

Le ministre des outremers est arrivé hier soir en Martinique. Il doit rencontrer ce mardi avec les représentants syndicaux et les élus de Martinique, afin de rechercher des solutions pour une sortie de conflit après une semaine de grève générale sur l’île.

Ci-dessous la lettre ouverte des Médecins Libéraux de Martinique adressée à Sébastien Lecornu :

Monsieur le Ministre,

En tant que présidente de l’Union Régionale des Médecins Libéraux de Martinique, et au nom de l’ensemble de mes confrères, je vous adresse une demande urgente d’entretien relative à la situation dramatique des professionnels de santé de la Martinique.

Au cœur d’une très grave crise sanitaire, en lien avec la pandémie du Covid-19 et la survenue d’une 5ième vague, une révolte sociale, qui s’accompagne de débordements de nature criminelle, met en danger la vie de nos confrères dans l’exercice de leurs fonctions.

Les professionnels de santé de la Martinique sont victimes depuis quelques jours de menaces, d’intimidations, d’exactions de toutes sortes. Des centres médicaux ont été pillés et saccagés, des pharmacies ont été soit incendiées, soit dévalisées et vandalisées, des médecins ont été victimes d’extorsions sur des barrages, d’autres ont été contraints de franchir des barrages en feu pour regagner leur domicile après avoir assuré leurs obligations de garde, enfin, summum de l’horreur, une soignante à été victime d’agression sexuelle sur un barrage dans une ville du sud de l’île.

La situation actuelle et ses conséquences sur la sécurité des professionnels de santé sont inacceptables. Au-delà, elles mettent en danger à la fois la vie de nos confrères mais également celle de nos patients.

Nous considérons, à l’heure où nous nous adressons à vous, que le droit à un service de santé minimal n’est plus garanti sur le territoire de la Martinique.
Face à l’absence de réponse forte des autorités locales en charge de la sécurité publique en Martinique, nous vous informons qu’en accord avec l’ensemble des médecins libéraux du territoire:

– jusqu’à nouvel ordre, les cabinets médicaux seront ouverts au public en journée exclusivement jusqu’à 17h du lundi au vendredi et jusqu’à 13h le samedi,
– que les médecins libéraux n’assureront plus d’interventions dans les maisons médicales de garde et dans le service de régulation du SAMU, à partir de 17h, tant que les autorités compétentes ne mettront pas en place un accompagnement sécurisé de ces professionnels entre leur domicile et leurs lieux d’intervention, à l’instar de ce qui existe aujourd’hui pour leurs collègues de la relève nationale logés en hôtel.

Nous comptons, Monsieur le Ministre, qu’à l’occasion de votre visite à la Martinique, vous puissiez entendre notre appel, nous accorder votre écoute et votre soutien.
Dans l’espoir de réponses rapides à nos préoccupations, veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations distinguées.
Dr Anne Criquet-Hayot Présidente de l’URML