Les quatre suspects du vol Air Caraïbes relâchés comptent porter plainte

Vues : 35

stationnement-gratuit-centre-ville-fort-de-france-2013

Depuis l’alerte à la bombe et le détournement du vol TX511 d’Air Caraïbes dimanche dernier, les investigations menées par les services de déminage n’ont révélé aucun dispositif explosif à l’intérieur de l’avion.

Aucune charge, ni aucun élément n’a été retenu contre les quatre passagers suspectés de vouloir faire exploser l’avion dimanche soir.

Les quatre hommes, qui avaient été placés en garde à vue dimanche soir suite au retour du vol d’Air Caraïbes TX 511, ont été remis en liberté ce lundi dans l’après midi. Après vingt heures d’audition au sein de la Police Judiciaire et une perquisition à leurs domiciles aucun élément n’a finalement été retenu contre eux.

Ces quatre passagers d’origine palestinienne et libanaise ne sont pas prêt d’oublier cette mésaventure. Embarqués sur le vol en partance pour Paris pour renouveler leur stock de marchandises, les hommes discutaient entre eux dans leur langue d’origine. Une jeune étudiante qui dit comprendre l’arabe les aurait entendu dire « On attend qu’ils s’endorment tous et on fait tout péter ».

Ils parlent de mauvaise interprétation de leur propos et affirment avoir discuté en arabe des problèmes syriens et des attaques terroristes frappant actuellement le pays.

Pour la jeune femme qui avait alerté l’équipage, aucune procédure n’est en cours à son encontre. Selon le procureur de la république elle a fait preuve de civisme.

Les quatre hommes se disent choqués et comptent porter plainte contre la jeune femme, la compagnie aérienne et l’état. Ils ont été arrêtés et menottés devant au moins 300 personnes. Ils estiment être des commerçants respectables. Aujourd’hui, ils disent qu’ ils doivent se justifier face à tous les martiniquais et de plus leurs photos circulent « sur les réseaux sociaux en tant que terroristes ».

L’affaire est actuellement confiée à la section anti-terrorisme de Paris, pour laquelle seul le Parquet décidera de la relaxe ou non des suspects.