Letchimy juge « inacceptable » la statue de Colbert devant l’Assemblée, Castaner lui répond

Le député Serge Letchimy a jugé ce mardi 16 juin « inacceptable » la statue de Colbert devant l’Assemblée nationale. Christophe Castaner lui a répondu que ni le déboulonnage ni l’abattage des statues ne règleraient le problème du racisme en France, accusant même ceux qui plaident pour leurs retraits de chercher à diviser.

« Le racisme est aussi obscur et larvé par la présence inacceptable de certains monuments symbole de la période coloniale ici à l’Assemblee nationale. Je pense à Colbert, le père du Code noir », a dénoncé mardi le député martiniquais, lors des questions d’actualités à l’Assemblée nationale, en interpellant le Premier ministre.

Mais c’est Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, qui lui a répondu : « Mais ça n’est pas en déboulonnant, ça n’est pas en abattant des statues, ça n’est pas en dénonçant et en cherchant à opposer les uns et les autres que nous arriverons à vaincre le racisme. C’est plutôt en construisant cette société apaisée, cette société, Mr le député, qui ose regarder dans les yeux sa propre Histoire et ça n’est pas toujours facile », a-t-il répondu à Serge Letchimy.
« Il a fallu, sur la seconde guerre mondiale par exemple, que le temps passe et que l’âge des présidents le permette », a expliqué Christophe Castaner.

Castaner explique que l’Histoire de France est faite de lumières et de zones d’ombre

« Le racisme est quelque chose qui nous touche dans notre Histoire (…) et pour lequel nous devons être totalement mobilisés et c’est le cas du plan d’action que le Premier ministre avait présenté en 2018 avec toute une série de mesures pour lutter contre la discrimination », a poursuivi Christophe Castaner, rappelant que le racisme est « un délit ».
« Le racisme constitue une plaie ouverte dans notre pacte républicain », a toutefois concédé le ministre de l’Intérieur. Évoquant le passé colonial des Outre-mer, il a expliqué que « c’est l’Histoire de la République française qui a ses parts de lumières extraordinaires et qui a aussi ses parts d’ombres ».

Letchimy interpelle sur le racisme de Zemmour, pas de réponse du gouvernement

« (…) Nous devons Mr le député, vous avez raison, regarder en face parce que tout l’enjeu de l’émotion mondiale que nous connaissons, suite au décès de George Floyd, c’est d’avoir la capacité justement à regarder la réalité en face,» a dit Christophe Castaner. Selon lui, il faudra veiller à ne « jamais la cacher cette réalité, à ne jamais la trahir parce que, qui veut la taire, la trahit au fond, cette réalité ». « Il y a notre Histoire, il y a cette part de lumière, il y a cette part d’ombres », a résumé Christophe Castaner.

Serge Letchimy avait également interpelé le Premier sur l’épineux dossier du polémiste Eric Zemmour qui continue à répandre des propos racistes à la télévision.

« Par la parole de celui qui, à longueur de tribunes et d’antenne distille impunément la peste qui lui sert d’activité mentale. Je veux parler d’Eric Zemmour. C’est tout cela qui fait persister l’esprit colonial érigé en système, sources d’inégalités, d’injustices de générations en générations », a dénoncé Serge Letchmiy. « C’est cet esprit colonial qui attise les révoltes qu’il faut entendre et qui exige des mesures », a-t-il ajouté. Mais Christophe Castaner n’a jamais mentionné le nom du polémiste, même s’il a rappelé que le racisme est un délit.

Letchimy rappelle que la République se doit d’être juste

Au début de son intervention, Serge Letchimy a également dénoncé « les Nations d’Occidents » qui se sont à l’instar des Etats-Unis « enrichies » sur les « fondations » de l’esclavage. « Ce sont ces fondations qui ont créé et maintenues vivaces dans le monde contemporain le racisme que l’action politique ne saurait tolérée », a estimé Serge Letchimy.

« Oui contre toutes les violences raciales, la République se doit d’être exemplaire. Exemplaire sur l’exigence de justice, de vérité face au drame humain répété comme celui d’Adama Traoré », a déploré Serge Letchimy.