Lettre ouverte aux dirigeants et représentants de la Martinique

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

« Lettre ouverte à nos dirigeants et représentants » par Frédéric Bouny

« Je ne sais par où commencer tellement il y a à (re)dire de ce qui se passe en Martinique…
Le peuple assiste, sans aucun pouvoir de contradiction, de révolte ou même de manifestation quelconque de mécontentement à l’inertie du pays pendant qu’il suffoque !

Aujourd’hui, on focalise notre attention sur un drapeau et l’hymne qui l’accompagnera alors que la vie économique du pays est tout simplement bloquée pour certains….visiblement et clairement pour seulement certains puisque les dirigeants ne réagissent pas, c’est qu’ils ne sont pas gênés, tout simplement.

En effet, alors que des centaines de milliers d’euros sont alloués à un jeu qui consiste à faire choix de dessin et chanson identitaires, les routes de Martinique sont de plus en plus congestionnées et de facto leurs usagers de plus en plus au bord de l’AVC, sans que des solutions ne soient apportées, voire même seulement abordées.

Pas une campagne d’information active aux usagers sur la manière de passer un radar
Pas une campagne d’information active aux usagers sur la façon de prendre un carrefour giratoire

RIEN !

Au lieu de ça, un feuilleton sur les bus, avec comme acteur principal Monsieur CAMBUSY, au lieu de ça des travailleurs qui ont tout le mal du monde à aller à leur boulot car pas de transports en commun, et pour ceux qui disposent de véhicules, rien d’autres que des embouteillages depuis des années… DES ANNEES !… ET AUCUNE REACTION DE NOS DIRIGEANTS !

Nous élisons des représentants, notre très chère CTM, puis nous les payons de nos impôts, idem pour des représentants du gouvernement, notre très chère préfecture, et ces mêmes élus et représentants-dirigeants ne subissent pas les effets de nos routes… ils ne prennent aucun bouchon, C’EST IMPOSSIBLE, SINON ILS AURAIENT OBLIGATOIREMENT REAGI !!!!!!
Mais nous n’avons pas tous la possibilité d’avoir des gyrophares pour braver les embouteillages ou des horaires décalés pour éviter les heures de pointe (bien que les bouchons soient maintenant de plus en plus à toutes heures…) et réjouissons-nous d’avoir la clim et les vitres teintées…

Des années que les carrefours de Champigny (Ducos) et de Petit-Bourg (Rivière Salée) bloquent la vie de centaines de milliers de personnes qui vont dans le grand sud…. Et pas un projet d’échangeur d’évitement, pas une communication, pas une information à la population.

Des années que les radars près de l’aéroport (Autoroute A1) bloquent des centaines de milliers d’automobilistes dans les 2 sens, faute d’une communication adéquate sur le fait qu’il soit absolument débile et dangereux de passer à 20km/h quand le radar est réglé à 90 km/h, sur le fait qu’on ne gagne pas de point à passer aussi lentement, et surtout qu’il n’y a aucun risque à passer à 90, voire 95km/h car des tests sont effectué très régulièrement sur ces appareils dont les frais d’entretiens sont payés grassement par nos impôts… mais non, rien pour rassurer les sceptiques !

Des années que notre superbe Rocade (D41), 2×2 voies, séparées par muret central, est limitée à 50 et 60 km/h…. vitesse instaurée à l’ère de notre regretté Aimé Césaire en 1967 (il y a plus de 50 ans !!) pour des raisons de sécurité liée à la tenue de route et au freinage des véhicules de l’époque…. Il y a plus de 50 ans et pas une seule réforme ni même embryon de projet visant à analyser si la vitesse était adaptée à nos véhicules 50 ans plus tard avec toutes les aides à la conduite (ABS, ESP, etc…) et les progrès des matériaux, pneus….

NON, la réponse officielle a baladé le simple homme du peuple entre les entités supérieures que sont la CTM avec Monsieur Claude Lise, et la Préfecture avec le directeur de cabinet de l’époque, demandant à cette quantité négligeable d’homme du peuple désireux d’un minimum d’écoute de soumettre une demande d’étude à une commission liée à la DEAL, la Commission Consultative des Usagers pour la Signalisation Routière, commission QUI N’EXISTE PAS !

La réponse non officielle de Monsieur Yan Monplaisir étant que si un changement de limitation de vitesse était effectué par la CTM et qu’un accident avait lieu juste après, alors on pointerait du doigt la CTM…

On a quand même envie d’écrire clairement :
– il n’y a AUCUNE raison de ne pas réviser cette vitesse, si ce n’est la volonté de ne pas améliorer la vie du peuple
– si, sur la rocade, quelqu’un fait un accident en roulant à 130 au lieu de 90km/h, ce sera TOUJOURS de la faute de celui qui outrepasse la vitesse maximale autorisée, alors n’ayez pas peur d’avoir des…. du courage et d’imposer les réformes nécessaires, vous êtes payés pour ça !
– il n’y a plus de radars depuis 2018 et pourtant on n’observe pas d’augmentation des accidents mortels sur les portions de routes concernées…. Conclusions ?

Au même titre, de façon à désengorger les routes dont les vitesses semblent correctes mais où les radars sont des freins, il parait impensable que nos dirigeants aient pu installer un système de plus de 700.000€ nous indiquant simplement les bouchons sur la rocade (l’application WAZE fait le même travail sur tout le territoire et est gratuite) et qu’ils ne puissent pas installer un système de communication sur toutes les zones d’engorgement incitant les automobilistes à accélérer afin de fluidifier les axes routiers. Même de simples panneaux clignotants feraient l’affaire ! Les radars pédagogiques savent nous dire de ralentir au-delà d’une certaine vitesse, pourquoi ne pas en mettre qui demande d’accélérer en deçà d’une certaine vitesse ? en quoi serait-ce aberrant ?

Aussi, à l’instar de ce qui a été fait par la gendarmerie de la Gironde, pourquoi n’est-il rien fait pour informer, voire former les automobilistes au passage des carrefours giratoires ? Au-delà du positionnement sur la mauvaise file, les clignotants non mis ou mal mis sont une véritable plaie…. Pourquoi ne pas communiquer alors que l’île aux fleurs est devenue l’île aux ronds-points sans que nombre d’entre nous n’aient été formés à les passer ? Un simple rappel avant chaque rondpoint bloquant pourrait fluidifier le trafic ! Proposition de slogan : « Un clignotant oublié c’est une route embouteillée ».

Pour finir, et en rapport avec la commission inexistante signalée plus haut, il serait de bon ton de considérer l’usager de la route comme le témoin numéro 1 de ce qui est vécu sur nos routes, et, de ce fait, un intervenant incontournable des actions relatives à celles-ci… il est donc primordial de ne pas écarter le peuple mais de l’intégrer aux idées d’évolutions du trafic routier.

Ça passe bien sûr avant tout par la création d’une commission qui existe…

Ainsi, au nom de tous ceux qui souffrent au quotidien des embouteillages, de tous ceux qui s’énervent du comportement de ceux qui n’ont pas les bonnes informations pour mieux conduire sur nos routes, de tous ceux qui arrivent en retard au bureau, de toutes les activités dont les retards de ses salariés génèrent une baisse de l’activité économique, au nom de la santé publique anti AVC et également de la vitrine touristique de l’île aux embouteillages, Politiques de cette île, représentants du Gouvernement de la France dans cette île, pourriez-vous prendre en compte la lettre ouverte d’un simple citoyen qui paie ses impôts, qui vous a élus et qui vous paye chaque mois et apporter une réponse concrète suivie de vraies actions qui amélioreront notre vie au quotidien ?

Nous voulons que ça avance maintenant et très concrètement !
Frédéric BOUNY,
Schœlcher, le 12 avril 2019″