Lettre ouverte du MIR à Emmanuel Macron relative à la gestion de l’épidémie de la Covid-19 en Martinique.

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, France, Martinique
Mots clés :

Découvrez ci-dessous l’intégralité de la lettre ouverte du MIR  (Mouvement International pour les Réparations) au président de la République, Emmanuel Macron, relative à la gestion de l’épidémie de la Covid-19 en Martinique.

« Monsieur le Président,

Depuis près d’une semaine la Martinique est au cœur des inquiétudes de votre gouvernement au motif que la population ne veut pas se faire vacciner alors que la contamination par le variant du virus Covid19 augmente dans des proportions inquiétantes.
Vous avez même cru devoir envoyer dans mon pays des centaines de soignants ainsi que des militaires pour venir au secours des martiniquais.

Permettez-moi de douter fortement de la véracité de votre inquiétude au vu des mesures que votre gouvernement via son représentant en Martinique a prises et que nous tenons à dénoncer fermement.

En effet, alors que le fameux variant fait rage chez vous, vous avez permis l’arrivée journalière chez nous d’une dizaine de gros porteurs bondés de touristes de sorte que leur nombre a largement dépassé celui des habitants de l’ile.
Ces touristes n’ont fait l’objet d’aucun contrôle à leur arrivée à l’aéroport Aimé Césaire et n’ont pas été placés en quarantaine de sorte qu’ils ont circulé librement et ont contribué à contaminer la population.

Votre gouvernement est resté sourd aux cris d’alertes lancés par les associations qui dénonçaient cette situation.

Et il est arrivé ce qu’il devait arriver et que vous aviez sans doute programmé : une contamination massive de la population martiniquaise.

Vos représentants auraient pu limiter les conséquences de cette contamination en prodiguant des soins aux personnes atteintes du Covid 19. Mais au contraire ils ont refusé tout protocole de soins à ces malades à qui ils n’ont donné que du doliprane attendant de les transférer soit en réanimation, soit à la morgue.

Le personnel soignant de la Martinique dont personne ne peut nier le dévouement et la compétence s’est trouvé confronté à une situation particulièrement difficile puisqu’il a été mis dans l’incapacité de prodiguer des soins aux malades alors qu’ils exercent souvent en sous-effectif dans des conditions déplorables, dans un hôpital particulièrement sinistré à tout point de vue.

Comment comprendre que le CHU de Martinique n’ait que dix-neuf lits de réanimation pour une population d’environ 380 000 habitant alors que la Martinique est soumise à des risques naturels majeurs qui peuvent survenir à n’importe quel moment (tremblement de terre, ouragans, éruption volcanique…).

Comment comprendre que l’Etat n’a toujours entrepris aucune démarche sérieuse pour régler le problème de la prise en charge des effets délétères du chlordécone qui fait de plus en plus de morts de cancers en Martinique, sans compter les troubles neurologiques (maladie de parkinson, d’Alzheimer et autres directement liées à l’ingestion de cette molécule).

Pensez-vous sérieusement que la misérable somme de 100 000 euros que vous avez récemment accordée pour la mise en œuvre d’un énième plan chlordécone pour les deux îles Guadeloupe Martinique puisse vraiment permettre une prise en charge de ce grave problème quand vous accorder des milliards à des entreprises qui n’en ont pas besoin.
Quel mépris envers notre peuple !

Mais vos services ont cru devoir aller plus loin en exerçant une sorte de chantage teintée de menace sur la population martiniquaise qui refuse de prendre la thérapie génique, au stade expérimental, que vous appelez vaccin, et dont les effets secondaires délétères sont largement connus de tout un chacun.

En Martinique l’information circule très vite et nombreux sont les pères et mères de familles qui sont venus désespérés voir les associations tel le MIR pour parler du décès ou des maladies invalidantes de leur parents suite à la prise d’un de ces « vaccins ».
Constatant que le peuple martiniquais persistait dans son refus de se faire injecter ces vaccins, votre représentant a décidé de nous punir carrément en décidant de nous confiner, nous interdisant l’accès à tous les lieux de loisirs (restaurants, cinémas hôtels etc…) qui ont été fermés. Votre préfet nous a même interdit l’accès à la mer.
Dernier acte destiné à parfaire votre démarche d’humiliation : l’envoi de soignants et de pompiers français chez nous pour soi-disant nous venir en aide alors que vous n’avez pas daigné faire appel à la réserve de soignants à la retraite et en congé dont nous disposons et qui étaient prêts à s’investir.

Dans le même temps, vous avez pris soin d’envoyer chez nous un contingent de militaires, sans justifier d’une telle démarche au demeurant totalement inexplicable. Que viennent faire ces militaires de la gendarmerie dans un pays dont, selon vous la population, serait gravement malade victime d’un terrible désastre sanitaire ?

Que cherchez-vous ? Croyez-vous que nous aurons peur de vos barbouzes et que nous céderons en nous faisant injecter votre pseudo vaccin ?

Pourquoi nous envoyer vos forces armées alors que selon vos scientifiques, œuvrant sur les grands médias télévisuels, estiment que nous ne sommes que des pauvres illettrés alcooliques accros au vaudou ou aux injonctions de la vierge Marie, tant le racisme est institutionnel dans votre pays des droits de l’homme blanc.
Nous n’entendons pas justifier auprès de vous de notre humanité que vos journalistes et autres chroniqueurs continuent de nier quotidiennement sur tous vos médias.

Comme ces messieurs et dames le laissent entendre et l’affirment parfois, sans y voir le moindre racisme, « quand on est noir on assume ». Et si on proteste c’est qu’on fait du racisme anti blanc.

Nous sommes les survivants d’un peuple qui a connu des siècles d’esclavage de colonisation de brimades en tous genres.
Nous avons surmonté ces situations atroces parce que nous n’avons jamais cessé d’être ce que nous étions avant d’être capturés et réduits en esclavage, des guerrier (re)s, des hommes et femmes libres fort(e)s et puissant(e)s.
Notre dignité humaine nous la portons en nous et n’avons pas besoin de votre reconnaissance pour être libres et conséquents avec nous-mêmes.

Votre vaste entreprise de créolisation tendant à nous faire accepter d’être ce que vous voulez que nous soyons et non plus ce que nous sommes réellement a échoué.
Notre humanité est restée et restera intacte et c’est sans haine et sans la moindre rancœur que nous exigions que vous répariez tous les torts causés à notre peuple et dont les conséquences sont bien présentes.
Il n’est plus temps de tenter de nous gruger.
Nous savons qui nous sommes.

Nous savons qui vous êtes et ce dont vous êtes capables de faire non seulement à nous mais à l’humanité toute entière.
C’est pourquoi, Monsieur le Président nous vous annonçons que nous ne baisserons jamais les bras dans cette lutte que nous avons engagée pour ne pas être détruits par vos injections mortelles et mortifères. Nous avons bien compris qu’il y va de notre survie.
L’esclavage ne nous a pas tués,
La colonisation ne nous a pas tués,
L’empoisonnement, la déportation, n’ont pas eu raison de nous, Votre vaccin sera impuissant,
Nous savons qui nous sommes.
Recevez Monsieur le Président nos respectueuses salutations.

Garcin MALSA Président du Mouvement
International pour les Réparations »