«L’histoire de l’esclavage n’est pas encore assez étudiée en France », déplore Jean-Marc Ayrault : « Il faut dire la vérité »

Le Président de la Fondation pour la Mémoire de l’esclavage, Jean-Marc Ayrault, regrette que près de 20 ans après le vote de la loi Taubira reconnaissant l’esclavage « Crime contre l’Humanité », cette période sombre de l’histoire de France « n’est toujours pas assez étudiée » et est encore falsifiée.

« Malgré la loi @ChTaubira, l’histoire de l’#esclavage n’est pas encore assez étudiée en France. Il faut raconter toute l’histoire, ses parts d’ombre comme de lumière pour faire reculer le #racisme , les préjugés et les discriminations »#cestnotrehistoire », écrit l’ancien Premier ministre dans un tweet publié sur son compte Twitter.

Jean-Marc Ayrault s’exprimait ce dimanche, jour de l’inauguration d’un jardin, à Paris, en hommage à la mulâtresse « Solitude », figure historique de la lutte des esclaves pour l’abolition de la Traite négrière dans les Antilles françaises.

« Avec @Anne_Hidalgo en mémoire de Solitude, symbole de la résistance au rétablissement de l’#esclavage par Napoléon: un acte politique qui nous mobilise aujourd’hui pour une mémoire partagée et faire vivre pour toutes et tous les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité », ajoute-t-il dans son tweet.

Dans un bref entretien à Martinique la Première, il a estimé que près de 20 ans après la loi Taubira « il y a encore énormément de travail à faire ».

« Il faut dire la vérité et raconter l’histoire », a-t-lancé, en marge de l’inauguration, considérant que « c’est toute l’histoire. Pas seulement une partie de l’histoire ».

« Pas seulement une belle histoire. Ses parts d’ombre, ses parts de lumière », a-t-il précisé, rappelant que la France a « pendant plusieurs siècles participé » à l’esclave et à la colonisation.