L’INA lance «Madelen» une plateforme dédiée aux très anciennes séries télévisées françaises

L’Ina lance «Madelen» une plateforme pour voir ou revoir de très anciennes séries durant les semaines de confinement imposées par le Gouvernement suite à l’évolution tragique des effets de la crise sanitaire due au Covid-19.

Avec des séries capes et d’épées, des intrigues chevaleresques ou des scénarios fantastiques, Madelen «c’est 13 000 contenus piochés parmi les œuvres réalisées de 1950 à aujourd’hui», explique Antoine Bayet, le directeur des éditions numériques de l’Ina. Mis à part les programmes vintage ce sont aussi des fictions marquantes comme les Rois maudits ou encore Belphégor ou le Fantôme du Louvre*.

La plateforme «Madelen» fait revisiter les rendez-vous littéraires des années 1980 comme Apostrophes, l’une des émissions phares sur la deuxième chaîne de télévision ou Droit de Réponse. Dans les archives de l’Ina, plus de 200 concerts de concerts de Jazz qui sont proposés aux internautes, Pauline Baduel de la SVOD à l’Ina cite en exemple le concert des Clash, le jeudi 24 février 1984 à Paris.

Ce travail de sélection ne pourrait se faire sans la collaboration de journalistes et de documentaires et ce sont de nombreux portraits de femmes qui sont sortis des tiroirs de l’Institut National de l’Image (INA). Un portrait de Simone Signoret chef d’oeuvre de William Klein est proposé dans cette catégorie, le film tourné en 1964 donne une opportunité de revoir de grands moments de télévision mais ce sera, et c’est là l’objectif du moment, une occasion de profiter d’une période de confinement qui risque de se prolonger dans les semaines à venir.

Le samedi 6 mars 1965 à 20 heures 30 était diffusé, sur la première chaîne, le premier épisode de Belphégor, un feuilleton réalisé par Claude Barma et Jacques Armand. Dans la série  qui est une adaptation du roman des années 30, de l’écrivain breton Arthur Bérnède, Juliette Greco joue Belphégor, le dieu égyptien de la méchanceté ou le fantôme masqué qui hante les couloirs du Musée du Louvre, selon les croyances. A l’époque, la série obtint un grand succès, il peut se vanter d’avoir réuni près de quinze millions de téléspectateurs devant leur poste de télévision dès le premier épisode.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
ImagesPinterest/Capture d’écran