Loto du Patrimoine : 280 000 euros pour restaurer la Villa Didier en Martinique

Pour cette quatrième édition du Loto du patrimoine, des aides sont d’ores et déjà accordées à chacun des 18 sites emblématiques de métropole et d’outre-mer, sélectionnés par la Mission Patrimoine portée par Stéphane Bern et déployée par la Fondation du patrimoine. La dotation attribuée pour la restauration de la Villa Didier en Martinique s’élève à 280 000 euros. Les travaux ont débuté mi-2021 et se termineront fin 2022.

Le lieu et son histoire : une oeuvre architecturale construite au XXe siècle

Cette villa est une des réalisations emblématiques de l’architecture moderniste en Martinique (1927-1968), période d’invention d’un usage noble et poétique du béton armé, qui a marqué une rupture dans le paysage architectural existant. Dans les années 1930, la production moderniste est stimulée par la commande publique (Lycée Schoelcher, Hôpital Clarac, Observatoire volcanologique du Morne des Cadets, etc.) et voit la construction de nombreux immeubles privés.

Construite en 1935 par Louis Caillat, l’un des principaux architectes de ce courant sur l’île, pour l’industriel Marcel Didier, la villa Didier en est l’un des bâtiments les plus intéressants. Caillat réalise pour cette grande maison familiale une composition symétrique autour d’une entrée, mise en scène par un escalier monumental et un porche à auvent audacieux, surmontée d’une rotonde à l’étage. Les fenêtres en plein-cintre de la façade sur rue sont ornées de clés en forme de consoles Art-déco tandis que la ferronnerie de la porte est décorée de motifs géométriques reprenant les lignes droites et courbes adoptées pour l’ensemble de l’édifice.

La mobilisation : lui redonner vie afin de lui offrir une nouvelle utilité

Après avoir appartenu à la famille Didier durant plusieurs décennies, la villa a été acquise en 2017 par un couple de jeunes Martiniquais. Composée de cinq unités de vie indépendantes, la partie centrale est devenue leur résidence principale, tandis que les quatre autres appartements seront destinés à une maison d’hôtes ou un gîte, mais aussi, de manière privilégiée, à l’accueil d’artistes en résidence en sur l’île.

Ils mettront à disposition de leurs hôtes une documentation sur l’architecture moderniste en Martinique grâce au recensement de l’ensemble du patrimoine bâti existant ou disparu de ce courant architectural réalisé par l’Association pour la défense et la promotion de l’Architecture moderniste en Martinique.