Luminas 2017 : Votez pour le meilleur entrepreneur

Vues : 335

Depuis le 12 juin vous pouvez voter pour les Luminas. Pour vous aider à faire votre choix, découvrez en détails les candidats dans chaque catégorie. Cloture des votes le 12 juillet. Aujourd’hui dans la catégorie jeune entrepreneur : Kévin, Yoan et Joel

Vous avez un mois pour propulser un candidat ou plus vers la victoire. Pour rappel l’unique façon de voter se fait via l’application Lumina TV (Android et iOS). Application et votes sont gratuits alors n’hésitez plus. Voici les trois nommés dans la catégorie Jeune Entrepreneur

Kevin Coique – 30 ans – Mouv’K

Mouv’K est un concept de remise en forme par la danse et le sport. Le projet de Kevin Coique se développe davantage en France hexagonale avec des formations de coaching sportif et l’animation d’une émission sur la chaîne nationale D8. Ambassadeur de la marque Reebook en France, Kevin souhaite mettre une identité caribéenne dans ses chorégraphies qu’il propose à D8. Dans le cadre de son activité de coach sportif, il souhaite communiquer sa philosophie, sa culture et sa joie de vivre. Il pense que si l’on aime véritablement quelque chose, il faut y croire, persévérer et sur tout défendre ses idées quoi qu’il en coûte. C’est ce qu’il a fait!

 

Yoann Saint-Louis – 33 ans – Carfully

Créée en juin 2012, Carfully est une startup spécialisée dans la location de voiture entre particuliers. Présente en Martinique et en Guadeloupe, c’est une entreprise qui a commencé avec juste 100 euros et deux ordinateurs et qui aujourd’hui crée des emplois. C’est en regardant Capital plus jeune et en rêvant la nuit que Yoann a su qu’il serait chef d’entreprise et rien d’autre, car il a toujours voulu entreprendre. Il a décidé de tout quitter sur Paris pour rentrer monter sa société en Martinique.

 

Joel Dieuzede-Cophire – 26 ans – Crep’Hit

Crep’Hit est une crêperie créée en 2015 située sur la place des Fêtes de Ducos. Elle propose des crêpes variées à l’antillaise mais également des pizzas. Joel, le gérant, explique que c’est avec force, courage et détermination qu’il a pu monter son restaurant. Il se définit comme un « self-made man » , lui qui a perdu sa mère très jeune et qui a grandi dans un climat peu favorable à une réussite sociale. Aujourd’hui, Crep’Hit embauche six personnes à temps plein et quatre à temps partiel.