Lycinaïs Jean adepte du Live : «L’endroit où on ne peut pas tricher»

Deux guitaristes, une chanteuse et un chanteur, pour un même concert. Ils se ressemblent, portent des locks soignés et ont la même dégaine. Lycinaïs Jean (prononcer djin) et E.Sy Kennenga sont deux artistes antillais qui ont décidé de chanter ensemble. Ces deux vedettes sont en Live à Belleville pour le bonheur de leurs fans.

« C’est naturellement que nous nous sommes rapprochés, E.Sy et moi. C’est également à la demande de notre public que nous nous retrouvons. Nous aurions pu faire un featuring comme font beaucoup d’artistes, mais étant deux musiciens de Live, nous avions pensé qu’il était intéressant de faire ce concept, guitare/voix sur scène. La scène c’est l’endroit où on ne peut pas tricher, nous nous sentons bien sur scène. » explique Lycinaïs Jean.

Lycinaïs Jean et E.Sy Kennenga s’entraînent avant leur concert au Zèbre de Belleville

En 2012, Lycinaïs Jean publie des vidéos sur le Net, qu’elle enregistre avec sa Webcam. Parmi ces vidéos, c’est un cover d’un titre d’Es.y Kennenga qui retient l’attention : « J’ai trouvé ça plutôt pas mal et plutôt flatteur. Ensuite j’ai pu la voir sur scène, échanger avec elle et franchement je pense que c’est une de nos valeurs sûres. Alors c’est tout naturellement que j’ai pensé à elle pour ma première partie» dira E.Sy Kennenga à propos de Lycinaïs, sur le site PolitiquePubliques.

Mai 2014, ils sont à l’affiche de la salle Bruno Coquatrix : « J’ai chanté en première partie d’un concert d’E.sy Kennenga et pour mes fans, mon style étant très proche de celui d’E.Sy, ils nous réclamaient sur scène ».

Lycinaïs Jean est d’origine martiniquaise et guadeloupéenne. Née à Paris, comme E.Sy Kennenga,elle chante son patois antillais et s’accorde quelques titres en Français, gravés sur son seul Album de 10 chansons. « Nous avons nos expériences personnelles que nous traduisons dans nos textes, mais tous les deux, on se rejoint sur le thème de l’amour et de l’espoir ».

Amour, authenticité et vérité pour Lycinaïs Jean qui vante l’estime de soi dans ses compositions et le respect de son identité et de ses choix, sans tricher. « Nous dirigeons le public vers cette  acceptation de soi, car il n’y arien de plus beau que de porter ses propres valeurs ».

Elle insiste : « Nous nous adressons, tout d’abord à l’Humain. Peu importe qu’on soit antillais, arabe, africain ou asiatique, nous avons tous une manière unique de penser. »

Le choix artistique de Lycinaïs Jean, on l’aura deviné. C’est le Live. « Nous aimons faire des albums, sortir des CD, mais être sur scène c’est incomparable. Sur scène, on partage des moments intenses mais en retour, nous vivons les vibrations du public. Et cela c’est indescriptible. Les réseaux sociaux sont appréciables pour les liens qui se créent avec nos abonnés mais sincèrement rien ne remplace le Live ».

Accueillie comme une star, en duo ou seule sur scène, chaque apparition de la jeune antillaise est un événement. Cette ferveur populaire, elle l’explique simplement comme un amour partagé avec ceux qui la suivent depuis plus de huit ans : « Cela fait plaisir de savoir qu’ils sont toujours au rendez-vous, que le public me suit. Cela me fait du bien car cet échange est très important pour moi. C’est du bonheur »

Dans le onzième arrondissement, au coeur du quartier de Belleville, (Nord-Est de Paris), E.Sy Kennenga et Lycinaïs Jean ont, depuis jeudi 13 décembre, entamé six concerts au Zèbre.
Dans cet ancien cinéma de quartier transformé en salle de spectacle les deux artistes qui jouent à guichets fermés testent en Live leur
« concept en duo ». le succès de cette formule donne la mesure de leur popularité en métropole. Si la chanteuse semble heureuse de cette nouvelle collaboration, elle continue à composer, à créer en s’inspirant de ses histoires personnelles.
En solo, la chanteuse de « Mwen en mew », « Si tu veux de moi », de « Aimer » et de « Si je suis condamnée » prépare son prochain album.

Toujours à éprouver ses talents, Lycinaïs Jean, sur une idée de son manager, expérimente les concerts silencieux. Ces « Live silent » sont des spectacles, organisés dans différents lieux insolites de la capitale, précise la chanteuse :
« Le spectateur est comme dans une
 bulle »
. Chaque spectateur, avec son casque, écoute le spectacle, sans bruit, sans être dérangé. Dans ces conditions, il n’y a pas de sonorisation et d’amplis, Lycinaïs Jean toujours accompagnée de sa guitare, est presque en concert privé.

Si elle aime composer, chanter et gratter sa guitare, en fin d’année, Lycinaïs Jean fait une petite pause.
L’auteur-compositeur-interprète ne chante pas les cantiques de Noël.
Mais, elle a son avis sur les « chantés Nwel » qui réunissent la famille, dit-elle. A cette occasion la jeune antillaise écoute les parents et amis (rires)  : « C’est marrant quand j’entends la famille chanter en chœur les refrains de Noël. Çà m’arrive de rigoler car souvent il y a des casseroles ».

LYCINAÏS JEAN, vedette antillaise (C'news Actus Dothy)

ANTILLES – FRANCE : A l'Olympia, en octobre dernier, son arrivée sur scène a provoqué des applaudissements et des cris enthousiastes qui prouvent que la chanteuse et musicienne est devenue une star tant aux Antilles françaises qu'en France métropolitaine. REPORTAGE à venir : Dorothée Audibert-Champenois -C'news Actus Dothy Antillesboxmail – Dothy Lycinaïs Jean Karine Lagrenade #musique #batterie #guitare #concert #public #lycinaïsjean #sortie Bruno Messy E.sy Kennenga E.sy Kennenga Lycinaïs Jean et E.sy Kennenga – Le Zèbre de Belleville / Paris

Publiée par Antillesboxmail – Dothy sur Vendredi 14 décembre 2018

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy

Images C’news Actus Dothy/Facebook Lycinaïs Jean