Marie-José Pérec refuse de payer son nègre

Vues : 623

Monsieur Gérard Valentin DELVER,  Directeur des affaires culturelles de la Ville de Basse-Terre, est l’auteur du manuscrit édité et publié en 2008 par les Editions Grasset « Rien ne sert de courir». Il a été engagé par Mme Marie-José Perec.

Depuis la Guadeloupe Monsieur Delver a entrepris sans succès de nombreuses démarches, pour être payé par cette dernière, mais Mme Perec lui a tout simplement annoncé que les Editions Grasset refusaient de la payer et que par conséquent, à son tour, elle n’était pas en mesure de le régler.

A ce jour aucune sommation d’huissier ne lui est parvenue. Elle reste injoignable. M. José Pérec, père de Marie-José Perec qui a eu connaissance des faits, fit une intervention auprès de sa fille. Celle-ci refusa de lui fournir la moindre explication. Sa réaction fut plutôt, d’appeler Monsieur Delver au téléphone pour lui exprimer son indignation s’agissant de la méthode utilisée (en parler à son père) de l’invectiver et de conclure en ces termes :
« Qu’est-ce que mon père a à voir dans cette affaire ? Puisque tu as choisi de t’en référer, tu as donc trouvé la bonne solution pour te faire payer. Touche maintenant un centime si tu le peux» Puis elle raccrocha.

Parallèlement DELVER tentait d’obtenir des Editions GRASSET & FASQUELLE la rémunération de ses diligences.  Ce à quoi, il lui a été demandé de rapporter la preuve qu’il était l’auteur du Manuscrit. Cette malheureuse affaire passera le 23 mai prochain au tribunal

Rappel des faits :

Mme Marie-Josée PEREC, après les jeux Olympiques de SIDNEY, envisage de faire éditer un ouvrage par les Editions GRASSET & FASQUELLE, qui lui ont accordé un délai de préparation.

A l’approche des « Jeux Olympiques de PEKIN » 2008, les Editions GRASSET & FASQUELLE relançe Mme PEREC, lui proposant pour la rédaction de l’ouvrage un « NEGRE », en la personne de Mr Luc LEVAILLANT.

Un contrat a ét donc établi avec ce dernier, fixant :
– Le montant de son indemnisation,
– La date de remise du Manuscrit.

Un différend surgit entre PEREC et le Rédacteur qui mis fin à leur collaboration.

Mr LEVAILLANT fut alors indemnisé comme prévu à son contrat par les Etablissements GRASSET & FASQUELLE
Ces derniers précisent alors à Marie-Josée PEREC de prendre toutes les dispositions afin de remettre dans les délais impartis le Manuscrit à éditer.

C’est donc dans ces circonstance particulièrement délicates et pressantes que Marie-Josée PEREC, courant du mois de février 2008, pris contact avec Monsieur DELVER, lui exposant la situation et lui proposa cette collaboration. Elle confie à ce dernier la rédaction de l’ouvrage, s’engageant, à lui fournir les éléments biographiques relatifs à sa vie sportive et personnelle dont elle disposait, a s’entretenir avec lui par téléphone, lui précisant que le délai qui lui était imposé par les Editions GRASSET & FASQUELLE pour le dépôt final du manuscrit allait expirer dans les 3 mois.

Devant l’insistance de Marie-Josée PEREC, Mr DELVER accepte ce challenge. Tous deux se mettent d’accord, non pas de réaliser une simple compilation de faits sportifs, mais de produire une œuvre intemporelle mettant en exergue l’extraordinaire parcours d’une athlète d’exception et l’impact de sa culture d’origine et de son identité sur celui-ci.

DELVER précise alors ses conditions d’intervention :
Ces honoraires devaient être établis sur les mêmes bases que celles de LEVAILLANT par les Editions GRASSET & FASQUELLE ouvrage terminé rendu et un pourcentage à fixer sur le chiffre d’affaire de ventes, en qualité d’Auteur.

Avec un délai aussi court et d’éloignement géographique, DELVER vit en Guadeloupe, il se mis  immédiatement au travail, réclamant à plusieurs reprises à Pérec qu’elle lui fasse parvenir le contrat rédigé. En vain.

L’ensemble des documents transmis (mails, télécopies), démontrent la réalité, la fréquence, la constance et la précision du travail accompli. Rappelons que l’essentiel des échanges entre les deux parties se faisait par téléphone.

C’est ainsi, qu’à « marche forcée » et sans compter sa peine, Mr Gérard DELVER en contact permanent avec Melle PEREC, rédige l’ouvrage.

Le Manuscrit terminé, PEREC confronté à la nécessité d’établir une préface, demande encore à Mr DELVER de bien vouloir lui trouver une personnalité pour cela.

C’est ainsi que Mr DELVER sollicite son ami et collaborateur : Mr Edouard GLISSANT, Poète et Ecrivain de renom proche et ami des Editions GRASSET. Ce dernier accepta ce qui constitue une preuve manifeste de la qualité de l’Œuvre.

Comme convenu, Marie-Josée PEREC pris à charge les frais de déplacement et d’hébergement pendant quatre (4) jours à Paris de Delver,  séjour nécessaire à la mise en forme définitive du Manuscrit. Monsieur Delver pose alors un congé pour quitter son poste de Cadre Culturel à la Mairie de BASSE- TERRE (en Guadeloupe)

Les Editions GRASSET & FASQUELLE ne peuvent ignorer que le Manuscrit intégral leur a été remis par leur coursier sur la clef USB de Mr DELVER,

Ce même Manuscrit a été édité en son intégralité, sans aucune modification, aux Editions GRASSET sous le Titre « Rien ne sert de courir ».

Il est donc établi que l’auteur de l’Ouvrage est bien Mr Gérard DELVER.

Il y a lieu de lui reconnaître ses droits d’auteur. Dans un premier temps, Gérard DELVER, à la parution de l’Ouvrage demande alors à PEREC la régularisation financière comme convenue pour la rédaction du Manuscrit édité par les Editions GRASSET.
PEREC ne donne aucune suite aux demandes de DELVER.

Il a tenté vainement par la voie amiable, tant auprès de Marie-Josée PEREC qu’auprès des Editions GRASSET d’obtenir satisfaction.

Mme PEREC pour toute réponse lui a indiqué qu’elle était en conflit judiciaire avec les Editions GRASSET & FASQUELLE, qui avaient suspendu tout paiement.

DELVER lui adressa une  Sommation par voie d’Huissier qui est demeurée sans suite. Mme PEREC demeurant introuvable à son adresse habituelle.

Parallèlement DELVER tente d’obtenir des Editions GRASSET & FASQUELLE la rémunération de ses diligences.  Suite à cela, il lui est demandé de rapporter la preuve qu’il était le véritable auteur du Manuscrit.

Il a été transmis à l’Avocat chargé des intérêts des Editions GRASSET les éléments ci-après :
– L’ensemble des correspondances, mails… échangés entre PEREC et DELVER
– Le manuscrit communiqué à PEREC à chaque étape de la rédaction
– Les correspondances entre GLISSANT & DELVER

Tout un ensemble de pièces irréfutables, lesquelles ont été considérées par le Conseil des Editions GRASSET  insuffisantes pour démontrer la bonne foi de Mr DELVER.

La production du Document délivré par, Huissier de Justice,  établi sans ambiguïté la preuve que Gérard DELVER est bien l’auteur de l’Ouvrage « Rien ne sert de courir ».

Toutes les démarches entreprises à l’amiable par Mr DELVER pour obtenir paiement de ses prestations, n’ayant pu aboutir, c’est en sa qualité d’Auteur et de « NEGRE » de l’Ouvrage « Rien ne sert de courir », qu’il est contraint d intenter une action en justice pour faire valoir ses droits.

Ailleurs sur le Web