Martinique : 32 communes sur 34 ne rouvriront pas leurs écoles le 11 mai

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Sur les 34 communes de la Martinique, 32 ne rouvriront pas leurs écoles primaires et élémentaires en mai, Case-Pilote et Saint-Esprit faisant cavaliers seuls.

Cette décision fait suite à une réunion de plusieurs heures, mercredi 29 avril, avec les maires de l’île, par visioconférence, sous la houlette de l’Association des maires de Martinique.

Ce sont 32 maires qui se sont opposés à la réouverture des écoles à partir du 11 mai, renvoyant à septembre la rentrée des enfants, a annoncé l’Association des maires de Martinique.
« Parce que les conditions sanitaires aujourd’hui auxquelles nous devons faire face ne nous permettent pas de rouvrir dans de bonnes conditions. Les maires pour une fois se sont retrouvés (…) et d’un commun accord nous avons descendus pallier par pallier les risques sanitaires », a expliqué Louis Salibert, Vice-President des maires de Martinique, sur Martinique La Première. « Il est préférable d’utiliser les deux mois qui viennent pour pouvoir préparer la rentrée de septembre », a-t-il expliqué.

Les maires ont appuyé leur décision sur notamment une insuffisance de matériels de protection (masques, gel, savons, etc…) pour le personnel, par l’état sanitaire actuel des écoles et un manque de temps et de formation des personnels.

Toutes ces conditions réunies ne permettent pas de suivre les préconisations du plan de deconfinement du gouvernement approuvé mardi à l’Assemblee nationale, a fait valoir le vice-President de l’Association des maires de France. Il a insisté sur le fait que la responsabilité des maires étaient engagés dans cette reprise et que tous les aspects du plan avaient bien été analysés.

« Le danger est trop grand, la responsabilité est trop lourde pour pouvoir accepter de mettre en place dans de telles conditions la vie de notre personnel », a-t-il lancé. « Il faut absolument assurer un minimum de sécurité à ce personnel aussi bien pour eux que pour les enfants », a-t-il prévenu.

« Certains vont jusqu’à dire que la personne avant de commencer à travailler devrait être dépister. Il y a des responsabilités lourdes qui reviennent uniquement aux maires », a-t-il mis en garde.