Martinique/Chlordécone : Le Préfet veut mettre les bouchées doubles avant son départ

Mis en ligne par admin, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

Alors que son départ est une affaire de semaines, le Préfet Franck Robine, a indiqué mercredi qu’il lancerait dès la semaine prochaine un plan de «mesures concrètes» dans le cadre du plan chlordécone IV dont l’annonce est prévue en juin prochain.

Sa nomination en Corse, annoncée hier matin lors du Conseil des ministres, intervient 48h00 après une journée de violences sur l’île.

Des manifestants anti-chlordécone se sont affrontés lundi avec les forces de l’ordre, en marge d’un procès controversé de sept militants anti-chlordécone jugés pour violences contre les forces de l’ordre.

Un procès qui a dû être reporté au 3 juin 2020, faute de sécurité permettant de garantir la sérénité de l’audience.

Le départ de Franck Robine est prévu dans environ trois semaines. Le nom de son successeur n’est pas encore connu. Il devrait l’être la semaine prochaine.

Quelques heures avant l’annonce de sa nomination en Corse, Franck Robine a annoncé sur RCI Martinique la mise en place, dès la semaine prochaine de « la première réunion de quartier pour faire les mesures les plus exactes possibles » dans le cadre du plan chlordécone IV.

Il n’a cependant fournit aucun détail sur cette réunion de quartier. « Il faut saisir cette opportunité tous ensemble. Et moi, je le dis à tous les Martiniquais qui sont intéressés pour progresser, qu’il faut construire ce plan chlordécone, commune par commune, quartier par quartier », a-t-il dit.

« Je vous annonce que dès la semaine prochaine, je lancerai un grand travail avec tous ceux qui le souhaitent et je ferai la première réunion de quartier pour définir les futures mesures de la chlordécone », a-t-il insisté.

Renforcer les contrôles sur les bords de routes et les supermarchés

Le Préfet a aussi souligné la nécessité «d’augmenter les contrôles sur les bords de routes, les contrôles dans les supermarchés » et « d’avancer sur la cartographie » des terres.
« On ne peut pas se satisfaire de dire que l’île a de la chlordécone pour 600 ans », a-t-il dit, assurant que le « gouvernement est prêt à prendre des mesures fortes en matière de dépollution des terres, en matière de recherche».

Il a lancé un appel à «l’apaisement » tout en reconnaissant son impuissance face au volet de la justice. «Je ne fais pas la justice », a-t-il dit, constatant que le Pôle Santé Publique a été saisi depuis 2007.

« On peut déplorer que ça prenne autant de temps », a-t-il regretté. «Moi je le dis, il serait sain que la justice puisse dire le droit, dire les responsabilités », a-t-il cependant ajouté, tout en rappelant que « le Président de la République a reconnu la responsabilité de l’Etat ».

Par Paule Bonjean