Martinique : La statue de Joséphine, première épouse de Napoléon Bonaparte, brûlée sur un bûcher

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

La statue de l’impératrice Joséphine de Beauharnais, première épouse de l’empereur Napoléon Bonaparte, a été brûlée, jeudi, sur un bûcher, Place de la Savane à Fort de France (Martinique), au terme d’une journée d’affrontements entre des activistes et les forces de l’ordre.

Le même sort a été réservé à la statue du colon Pierre Belain d’Esnambuc qui se trouvait aussi sur cette place.

Récemment, des activistes ont invité la classe politique martiniquaise à retirer de l’espace public de l’île, tous les symboles et statues faisant référence à la période coloniale, à l’esclavage ou encore aux négriers.

Lors du 175ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage en Martinique, en mai dernier, des manifestants avaient déboulonné deux statues de Victor Schoelcher.

Le 9 juillet dernier, une jeune femme soupçonnée d’avoir participé à l’action a été convoquée au tribunal, selon son avocat Me Dominique Monotuka.

«Schoelcher n’est pas notre sauveur», ont écrit dans un communiqué des manifestants. Les mêmes, surnommés Rouge, vert, noir, qui avaient bloqué durant plusieurs week end, fin 2019 et début 2020, les hypermarchés de l’homme d’affaires Bernard Hayot dont les ancêtres étaient des colons.

Le scandale du chlordécone en toile de fond

Ils l’accusent d’être aussi responsable de la pollution au chlordécone, un pesticide longtemps utilisé dans les bananeraies.

A l’origine de la soudaine flambée de violences en Martinique. l’arrestation jeudi matin de deux activistes soupçonnés de violences envers des policiers le 15 mai dernier devant le tribunal d’instance de Fort de France.

Des sympathisants anti-Chlordécone s’étaient immédiatement rassemblés aux abords du commissariat où se trouvaient les deux gardés à vue.

La journée de jeudi a été émaillée, jusque tard dans la nuit, d’échauffourées et d’affrontements entre les forces de l’ordre et les activistes dont au moins deux d’entre-eux ont été hospitalisés pour blessures.

Joséphine de Beauharnais était la première femme de Napoléon Bonaparte qui rétabli l’esclavage dans les colonies françaises en 1802. Il la répudia en 1809. Joséphine de Beauharnais est née le 23 juin 1763 aux Trois-Îlets (Martinique). Cette fille de colons est morte le 29 mai 1814 à Rueil-Malmaison (France).

En 1991, un commando avait décapité sa statue de, mais celle-ci avait été laissée à sa place, sans sa tête.

De son vrai nom Marie-Joséphine Tascher de la Pagerie, fut aussi la veuve d’Alexandre de Beauharnais, né lui-aussi en Martinique.
Son second mariage lui permet de devenir impératrice.

Photo : Bondamanjak