Martinique : Le procès du militant Kéziah Nuissier renvoyé au 17 mars 2021 et son contrôle judiciaire levé

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

Le procès controversé de Kéziah Nuissier, qui devait se tenir ce lundi 9 novembre au Tribunal correctionnel de Fort de France, a été renvoyé au 17 mars 2021 à la demande des avocats du jeune militant et du Procureur de la République, malgré l’opposition de la partie civile.
Son contrôle judiciaire qui avait été allégé, a été levé.

Le prévenu est accusé de violence à l’encontre de personne dépositaire de l’autorité. Il a, selon le Parquet, frappé un gendarme, en marge des émeutes du 16 juillet dernier à Fort de France, ce qu’il dément.

Depuis une semaine, la nouvelle défense de Kéziah Nuissier, composée de Me Eddy Arneton et du Bâtonnier Raphaël Constant, avait déjà fait savoir qu’elle demanderait un renvoi du procès, en raison d’un manque de temps pour étudier les 1.200 pages de procédures et plus de 300 vidéos que lui a récemment fait parvenir le parquet.

« Juger ce dossier à la hâte n’est pas oeuvre de justice. Il faut renvoyer ce dossier. Vous avez la possibilité de le faire », a plaidé lundi, maître Eddy Arneton, à l’audience.
Après avoir dénoncé des actes de diffamation de la part de la défense, le Procureur de la République, Renaud Gaudeul, a demandé le renvoi du procès.

Mais il a annoncé qu’il prendrait des mesures disciplinaires à l’encontre des deux avocats de Keziah. « Vous avez tenté de me faire passer auprès de la population pour un homme sans cœur qui pratique une chasse à l’homme », s’est plaint Renaud Gaudeul.

« Je n’ai pas besoin de démontrer votre partialité.Toute la Martinique le sait déjà ! « , lui a répondu le Bâtonnier Raphaël Constant.

L’affaire Kéziah, qui est devenue un dossier sensible pour les autorités, avait déjà été renvoyée, en août dernier, sous la pression de sa précédente défense, assurée par Me Alex Ursulet et Me Dominique Monotuka.

En marge de cette affaire, deux gendarmes doivent être jugés devant le tribunal militaire de Cayenne pour des actes violents commis pendant et après l’interpellation de Kéziah Nuissier.

Des élus martiniquais ont adressé lundi un courrier à Dupond-Moretti

Deux députés et sept maires se sont rendus sur place pour soutenir le jeune militant, qui a joué du tambour après sa sortie du tribunal.

Il y avait les députés Josette Manin et Jean-Philippe Nilor et sept maires : Jean-François Beaunol (Rivière-Pilote), Georges Cleon (Vauclin), Marcellin Nadeau (Prêcheur), Aurélie Nella (Ducos), Samuel Tavernier (François), Hugues Toussay (Diamant), David Zobda (Lamentin).
Ils ont adressé un courrier au ministre de la justice, Eric Dupond-Moretti pour l’alerter sur « l’affaire Kéziah ».

À l’extérieur du tribunal, plusieurs dizaines de militants se sont également rassemblés devant les grilles, dès 9h00, pour soutenir le jeune militant sur fond de tambours, de chants et de sons de conques de lambi.