Martinique : L’Ifremer déploie des bouées-balises au large pour mesurer les cyclones, l’érosion, la montée des eaux

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

L’Ifremer a entrepris ce mois-ci de déployer des bouées-balises au large de la Martinique dans le cadre du projet Carib-Coast visant à mesurer l’impact des conditions météorologiques sur les côtes caribéennes, soumises à des épisodes cycloniques extrêmes, à la montée des eaux et à l’érosion.

« Ne remontez pas les bouées! », alerte l’institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer (Ifremer).

Le déploiement de ces bouées s’inscrit dans le cadre d’une étude des risques côtiers, au large de la Martinique et de la Guadeloupe destinée à «mieux comprendre et prévenir les risques liés au changement climatique », explique l’Ifremer.
«L’étude a pour but de mutualiser, construire et diffuser les démarches de surveillance et de prévention des risques, afin d’anticiper et contrer les menaces dues au changement climatique », ajoute l’organisme.

Pour la Martinique, le déploiement des bouées, qui a commencé le 25 aout s’achève le 31 aout et pour la Guadeloupe, l’opération s’est achevée le 23 aout. Les informations collectées permettront d’étudier durant 100 jours les courants marins de profondeur.

S’agissant des courants de surfaces, du 3 au 4 septembre, 12 bouées équipées de balises GPS seront mises en place au large des côtes afin de mesurer ces courants. Un travail effectué conjointement entre l’Ifremer et les forces armées aux Antilles grâce au navire Dumont d’Urville.

L’ifremer explique que les bouées doivent rester en mer aussi longtemps que possible pour une récolte de données « efficace ». L’organisme invite donc les usagers de la mer à ne pas les remonter «sous aucun prétexte, et à contacter l’Ifremer si l’une d’elles est aperçue échouée sur la côte ».
.
Le projet CARIB-COAST bénéficie d’un partenariat international incluant des partenaires français – BRGM, IFREMER, ONF, IRD, CAR-SPAW et CNRS – et des partenaires extra-communautaires – UWI, IMA, Ministère du travail et transport à Trinidad & Tobago, CARICOOS à Puerto-Rico, MonaGIS à La Jamaïque et l’AEC.
Le projet CARIB-COAST bénéficie également d’un soutien financier de la Région Guadeloupe, de la DEAL Martinique, des Office de l’Eau Guadeloupe et Martinique ainsi que du soutien institutionnel de la Collectivité de Saint-Martin et du Caribbean Community Climate Change Centre.