Martinique : Recommandations sanitaires de l’ARS suite à la dégradation de la qualité de l’air

Mis en ligne par admin, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

Depuis plusieurs jours, la Martinique est affectée par un épisode de pollution atmosphérique dû à la brume de sable. Simultanément, l’émission de cendres issues des explosions successives du volcan de la Soufrière à St Vincent affecte la qualité de l’air. Enfin, l’arrivée massive d’algues sargasses et l’émission de gaz issus de la dégradation naturelle de ces dernières sur les côtes de la Martinique, conduit l’ARS à rappeler les mesures, afin de réduire l’exposition de la population à cette dégradation générale de la qualité de l’air.

La pollution atmosphérique peut être à l’origine de la survenue de symptômes respiratoires (toux, essoufflement, majoration des crises d’asthme, etc.), d’irritations des yeux et de la gorge, mais peut aussi avoir des effets sur le système cardio-vasculaire.

Pour les populations vulnérables (femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardio-vasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques), les populations sensibles (personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution, personnes diabétiques, personnes immunodéprimées, personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux) et la population générale, l’ARS recommande de :

• Eviter les activités physiques et sportives intenses, privilégier des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort

• Si vous êtes sous traitement médicamenteux, vous devez suivre votre prescription médicale et circuler avec votre traitement,

• Garder les enfants à l’intérieur et les empêcher de courir, • Pour le nettoyage, préférez l’aspirateur au balai pour évacuer les poussières de la maison afin de limiter la remise en suspension dans l’air de ces poussières.
En cas de gêne respiratoire ou cardiaque (par exemple: essoufflement, sifflements, palpitations), il convient de consulter son médecin traitant pour savoir si son traitement médical doit être adapté.