Martinique Réserve de Biosphère : une initiative citoyenne pour développer durablement l’île

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :
martinique-reserve-de-biosphere

La Martinique a entamé une procédure de candidature vers le titre mondial de Réserve de Biosphère attribué par le Programme Homme et Biosphère (Man and the Biosphere – MAB)
de l’UNESCO.

Ce Programme rassemble les territoires engagés dans une démarche de développement économique et social durable, tout en préservant leurs richesses naturelles et culturelles. Il est un des plus anciens de l’UNESCO et constitue depuis 1970 un réseau mondial qui est actuellement de 686 Réserves de Biosphère dans 122 pays, 13 Réserves de Biosphère dans 7 pays de la Caraïbe et 14 Réserves de Biosphère en France dont la Guadeloupe et la Polynésie.

Une Réserve de Biosphère n’est pas une catégorie d’aire protégée. Elle n’impose aucune réglementation et ne s’appuie sur aucun pouvoir réglementaire. Elle émane d’une volonté locale et non de l’Etat. Elle concerne le territoire dans son ensemble, fait appel à ses municipalités et associe ses habitants à la définition des atouts qu’ils souhaitent mettre en avant pour leur territoire. Elle donne accès par ses réseaux à une coopération nationale, régionale et internationale, à des institutions internationales avec lesquelles travailler et à des financements internationaux.

Au niveau français, le Programme Homme et Biosphère (MAB) de l’UNESCO relève du Comité MAB-France qui l’anime, le met en œuvre à l’échelle nationale et assure les liens entre les territoires Réserves de Biosphère et l’UNESCO. C’est aussi le Comité qui valide les candidatures avant leur envoi à l’UNESCO.

En Martinique, la démarche de candidature est le fait de la société civile. Une association, Martinique Réserve de Biosphère, a été créée en juin 2017 pour la mettre en place. Elle est constituée de 18 membres fondateurs représentant une grande diversité d’acteurs et regroupant aussi des personnalités de l’île.

En font partie 5 associations : ASSOCIATION DES MAIRES, CARBET DES SCIENCES, CONTACT-ENTREPRISES, CODERUM et TROPIQUES-ATRIUM et 13 personnes physiques : Mgr MACAIRE, Michel FAYAD, Karine ROY-CAMILLE, Jean-Paul JOUANELLE, Emmanuel NOSSIN, Coralie BALMY, Jean-Raphaël GROS-DESORMEAUX, Mireille JARDIN, Emmanuel LISE, Emmanuel de REYNAL, Dr Ruddy VALENTINO, Christophe YVON et Nathalie de POMPIGNAN. L’association ne bénéficie d’aucune subvention publique. Ses actions ne sont financées que par des dons privés et adhésions.

Le Comité MAB-France suit régulièrement, et depuis ses débuts, cette initiative et se félicite des progrès accomplis par l’Association, de la création d’un site Internet (www.martinique- biosphere.fr), d’une page Facebook Martinique Biosphère et du lancement de réunions publiques d’information et co-construction de la candidature, dans les 34 municipalités de l’île. Depuis mi-septembre, les réunions se sont tenues au Diamant, à Case-Pilote, au Morne-Vert, au Prêcheur et à La Trinité en présence du Maire de la commune, de l’équipe municipale et des habitants.

Cette procédure de démarche participative, fédératrice et collective, où sont sollicités les talents et l’implication de tous, est caractéristique de la mise en place des Réserves de Biosphère. Chaque habitant est invité à participer et à s’exprimer. Chacun est acteur pour faire valoir les richesses naturelles et culturelles de son territoire, les savoir-faire, les produits et les activités en faveur du développement durable et aussi promouvoir les thèmes de la recherche scientifique et de l’éducation environnementale qu’il souhaite encourager.

Mondialement reconnu, le titre de Réserve de Biosphère sera un levier de développement économique et social et un outil de communication puissant pour la Martinique, en lui donnant accès à des réseaux de coopération. Il contribuera à la valoriser à l’échelle internationale et accroitre son attractivité et sa visibilité.

D’autant plus que la Martinique est par ailleurs engagée dans une candidature au titre de Patrimoine mondial de l’UNESCO pour 2 sites de son territoire : les volcans et forêts de la Montagne Pelée et des Pitons du Nord.

Ces deux reconnaissances de l’UNESCO servent des objectifs différents et complémentaires. Dans le cas du Patrimoine mondial, il s’agit d’assurer ou de renforcer la protection d’un bien dont la valeur universelle et exceptionnelle est reconnue, tandis que dans le cas de la Réserve de Biosphère, l’objectif est d’associer tous les acteurs à une démarche de développement durable et de valorisation du territoire.
Pour la Martinique, les deux projets s’enrichissent aussi sur le plan géographique puisque la Réserve de Biosphère concernera l’ensemble du territoire.

Ces deux titres, Réserve de Biosphère et Patrimoine mondial, ont donc une forte complémentarité et se renforcent mutuellement. Souvent un site du Patrimoine Mondial est intégré dans une Réserve de Biosphère. Dans la Caraïbe, c’est le cas, entre autres, de Cuba, la République dominicaine et Saint Kitts et Nevis.

Cette double démarche de la Martinique à une reconnaissance mondiale auprès de l’UNESCO est une chance à saisir pour le territoire. Le Comité MAB-France ne peut que s’en réjouir.