Martinique : Un second producteur de bananes adresse une lettre ouverte à Jean-Marc Party

Mis en ligne par admin, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

Lette ouverte de José Bedot, Agriculteur – Producteur de bananes :

Le 30 novembre, a été publié sur le site Facebook de Martinique 1ère un article avec un titre sous forme de question qui annonce clairement l’orientation de votre tribune : « La banane est-elle une culture du passé ou une production d’avenir ? »

Un internaute a déjà répondu à cette publication, comportant plusieurs erreurs, sans objectivité et à charge , du 30 novembre 2020 et je partage totalement ses éléments de réponse.

Récidive dès le 4 décembre avec une nouvelle publication particulièrement mièvre et titrée « La Martinique en 2040 , un pays optimiste à l’avenir radieux »

Producteur de bananes depuis seulement 10 années, sur une surface agricole utile de 16,5 hectares dont 7 hectares en banane et une partie de ma sole réservée à la diversification, au Marigot, je suis très impliqué dans ma production et particulièrement fier de mon métier.

Je tiens à contester autant les affirmations truffées d’erreurs que cette présentation pour le moins négative.

Je m’appliquerai à répondre ici à cette deuxième attaque publique en moins de 5 jours contre notre production , contre ma production .

Ils osent écrire , au réveil de ce fameux rêve , cad en 2040 :

« Fort logiquement , les bananeraies ONT DISPARU « .

« L’Europe a trouvé inutile de s’approvisionner chez nous , trouvant meilleur marché ailleurs « .

« ….Certains exportent même ( des fruits et légumes) au Canada et en France . »

Comment , en si peu de lignes , autant d’assertions sans fondement de la part d’un journaliste de Martinique la 1ère, pourtant média local de premier plan ?

Savez-vous par exemple que , contrairement à ce qu’indiqué, l’Europe ne s’approvisionne pas ou si peu chez nous en bananes et que notre production est réservée à la Martinique et au marché français hexagonal ?

Pourquoi ?

Tout simplement parce que les consommateurs français sont extrêmement friands de notre banane et qu’ils privilégient celle-ci , la considérant à juste titre comme la plus propre et la plus vertueuse au monde , au point qu’il n’en reste pas pour le marché UE hors France.

Que disent ces rêves qu’ils souhaiteraient prémonitoires à propos par exemple d’une ville que je connais bien pour y exercer mon métier, celle du Marigot , « sans bananeraies » en 2040 sur son territoire?

Ces rêves tiennent-ils compte du fait que l’activité de la banane représente 90% de l’emploi privé et stable en cdi du Marigot ?

Prédisent-ils le désert économique que serait alors en 2040 le Marigot, dorénavant ville dortoir, avec seulement la Mairie , la Poste, la caserne des pompiers et quelques pêcheurs ?

Contrairement à eux , j’ai foi en l’avenir de notre production de bananes .

Certes , avec les difficultés inhérentes à chaque métier notamment les aléas climatiques , mais une production qui me fait vivre ainsi que près de 400 autres producteurs de bananes ainsi que leurs familles à la Martinique et qui génère 7000 emplois directs et indirects dans une île ou le taux de chômage est élevé .

C’est l’occasion de vous dire comment je me sens choqué et particulièrement blessé par ces propos, ces insinuations, ces attaques répétées .

Pour échanger avec les nombreux autres producteurs de cette filière, je peux vous affirmer que je ne suis pas un cas isolé. Ils sont tous choqués et blessés par des attaques comme celle de M. Party et de la non reconnaissance de leur métier, ce beau métier .

Essayez de vous mettre à ma place et à la place des centaines de producteurs de bananes qui investissent, s’investissent et se donnent à fond tous les jours lorsqu’ils lisent cette phrase assassine, au réveil, en 2040 , de ce prétendu rêve stupide : « Fort logiquement , les bananeraies ont disparu »

Monsieur Party est journaliste, et devrait pourtant savoir mesurer le sens et le poids des mots .

Soyons pratiques :

Je vous invite à venir visiter ma plantation et vous accompagnerai avec grand plaisir en vous expliquant les pratiques agronomiques, sanitaires et sociales ACTUELLES de la culture de la banane à la Martinique que vous semblez totalement ignorer .

Vous comprendrez pourquoi, contrairement à ce qui a été insinué, la production de bananes d’aujourd’hui et de demain a de l’avenir grâce notamment aux pratiques agroécologiques vertueuses mises en place par l’ensemble des producteurs de notre ile.

Vous comprendrez la noblesse du travail de la terre et notre amour pour ce métier .

Sortons des pratiques et des clichés du passé , de cette idéologie , ce dogmatisme ……

Arrêtons de rêver à l’horizon 2040 et redescendons sur terre dès aujourd’hui.

José BEDOT
Agriculteur – Producteur de bananes .
Marigot , le 7 décembre 2020 .