Masque « Beethoven » à fenêtre lavable qui permet de lire sur les lèvres : La créatrice abasourdie par le succès, peine à faire face à la demande

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Monde
Mots clés : ,

L’entreprise basque « Where the daffodils grow » qui a mis au point un masque à fenêtre lavable, permettant de lire sur les lèvres, peine à faire face à la demande tellement son carnet de commande ne désemplit pas.

Son masque a été jugé conforme par la direction générale de l’armement qui avait été chargée par l’Etat de tester l’efficacité des nouveaux masques.
La créatrice de ce nouveau masque baptisé « Beethoven » ne sait plus où donner de la tête face aux nombreuses sollicitations qu’elle a reçues depuis le 30 août, date à laquelle son produit est disponible.

« Rien qu’en ligne on a deux commandes à la minute », raconte Delphyne Lumalé, fondatrice de l’entreprise basque « Where the daffodils grow ».
Après avoir travaillé à la confection de masques simples en tissu dès février, Delphyne Lumalé s’est attelé à partir d’avril à celle d’un masque à fenêtre, sur la demande d’un client à la recherche d’un masque transparent pour les salariés de son café.
« Avec cette fenêtre en plastique il faut ajouter beaucoup de tissu afin que l’air circule, explique-t-elle.

« Cela m’a pris beaucoup de temps de mettre au point des coutures qui font barrières au virus et pour l’assemblage, c’est une technique très particulière ».

Son modèle Beethoven est prêt en mai mais la DGA est débordée par le nombre de masques qu’elle a à tester et ce n’est que fin août qu’il est officiellement reconnu conforme aux exigences sanitaires. Le masque lavable est vendu 9 euros l’unité et 8 euros par lot de trois.

Avec une capacité de production de 60 masques par jour, la créatrice ne peut pas suivre la cadence et a pris contact avec des ateliers qui vont lui permettre d’augmenter le volume de sa production.

Le masque Beethoven, fabriqué artisanalement, a été reconnu UNS1 ce qui signifie que l’efficacité de protection est supérieure à 90 %.

Des commandes sont en cours pour une université qui propose une licence pour devenir codeur en Langue française parlée complétée, des instituts nationaux de jeunes sourds mais aussi des mairies, Sciences Po etc.

Vendredi soir, le chef Philippe Etchebest va le porter lors de l’émission Top Chef pour en faire la promotion.