«Meghan Markle descend des esclaves de Géorgie », son histoire dans « A Hollywood Princess »

Vues : 1105

Les futurs époux Meghan Makle et le prince Harry font rêver et leur prochaine union royale est un événement qui sera scruté par les tabloïds des différents continents. Mais c’est surtout l’afro-américaine Meghan Markle qui sera la plus observée, elle attise les envies mais cristallisent des sentiments de haine et de racisme. Si ses actions à caractère humanitaire font l’unanimité chez certains, beaucoup lui reprochent d’être calculatrice, froide, intéressée et impitoyable. Aux côtés du Prince Harry, Meghan Markle qui depuis son adolescence s’implique dans les causes caritatives et humanitaires annonce leur wishlist, leur liste de mariage. Il ne s’agit pas de cadeaux mais ils appellent tout simplement, à faire des dons.

Le couple Meghan Markle et le prince Harry ont choisi leur liste de mariage, leur wishlist. Pour leur mariage royal, ils ont décidé de faire dans l’humanitaire en donnant sept idées à leurs convives qui seront, selon la presse people, au nombre de 600 au château de Windsor, dans la résidence préférée de la Reine Elisabeth II, à l’ouest de Londres.

En guise de cadeaux de mariage, le couple a fait appel à la générosité, en demandant « à quiconque pourrait vouloir marquer l’occasion de leur mariage d’envisager de faire un don à une association, plutôt que d’envoyer un cadeau ».

Sept organisations ont été citées par les fiancés sur la page internet dédiée à la famille royale. Sept associations dont « la plupart d’entre elles sont de petites association et le couple est ravi de pouvoir faire connaître et mettre en lumière leur travail ». La liste comprend des associations qui œuvrent dans le sport, les droits des femmes, la préservation des espèces animales, les sans-abris, la lutte contre le VIH, la protection de l’environnement et les forces armées.

The Wilderness Foundation UK, StreetGames, Myna Mahila, Crisis, Chiva (Children’s HIV Association), Surfers against Sewage et Scotty’s Little Soldiers sont les 7 organismes choisis par le futur couple princier.

Pour ce mariage prévu le samedi 19 mai prochain, l’actrice afro-américaine Meghan Markle, jusque là protestante, a dû être baptisée et confirmée (45mn) selon le rite de l’Eglise anglicane d’Angleterre lors d’une cérémonie privée au Palais Saint-James.

L’ archevêque de Canterbury Justin Welby qui lui a donné le sacrement du baptème, célébrera la messe de mariage dans un peu plus d’un mois à l’église Saint-George au château de Windsor. Située à une trentaine de minutes de Londres, la chapelle d’architecture gothique, construite au XV ème siècle est dédiée au saint patron St George, un des protecteurs de l’Angleterre.

Mais à quelques semaines de l’union royale de Meghan Markle et du Prince Harry, un nouveau livre « A Hollywood Princess » écrit par Andrew Morton dépeint une afro-américaine « impitoyable » et « calculatrice », loin du modèle de Lady Diana qui a toujours inspiré Meghan Markle. Le livre qui sort le 17 avril 2018, brosse un portrait peu flatteur de l’ex-actrice américaine qui n’est pas « arrivée dans la vie du Prince Harry par hasard ».

A l’heure, où Meghan Markle s’apprête à devenir princesse, ce livre du biographe de Lady Di (Her True Story), risque d’écorner quelque peu la belle histoire du Prince Harry et de sa roturière fascinée depuis toujours par la famille royale.

Extraits de « Meghan. A Hollywood Princess, d’Andrew Morton :

La star de Suits est fascinée par la famille royale et veut être « Diana 2.0 » selon Ninaki Priddy, une amie d’enfance
Meghan Markle était «obsédée» par Diana au moment de sa mort en 1997, regardant ses funérailles et des images de son mariage avec le prince Charles
Selon Andrew Morton, les comparaisons avec Diana sont inévitables, étant donné son travail humanitaire et son attrait glamour
Meghan Markle a apparemment abandonné ses amis, y compris le producteur de film, son  mari Trevor Engleson, quand elle a connu la célébrité en tant qu’actrice.
Une de ses anciennes amies a prétendu qu’elle était une femme « exigeante» et « calculatrice»
Elle descend des esclaves, qui ont travaillé dans les plantations de coton en Géorgie, et de la royauté, dont le roi Robert I d »Ecosse
Andrew Morton, le biographe de Diana conclut que Rachel Meghan Markle « fera paraître la monarchie plus inclusive et plus ouverte pour la Grande-Bretagne qui est déjà multiculturelle» .

Rachel Meghan Markle (de son vrai nom) souhaite changer de nationalité pour devenir une citoyenne britannique. L’actrice américaine qui est née (le 4août 1981) et a grandi à Los Angeles, a également renoncé à sa carrière d’actrice.

Meghan a fait des études de théâtre et de Relations internationales à la prestigieuse école d’Evanston, dans l’Illinois. Adolescente, elle a fréquenté le lycée privé Immaculate Heart de Los Angeles.

(Ci-dessus, Meghan avec sa grand-mère, son oncle à gauche et son père en t-shirt noir).

Rencontrés dans les années 70, ses parents, Doria Ragland (professeure de yoga – Ci-dessus) et Thomas Markle (éclairagiste à la télévision), ont divorcé quand elle avait 6 ans, et Meghan, après la séparation, a vécu avec sa mère. Elle a deux demi-frères et sœurs issus du précédent mariage de son père, d’une dizaine d’années plus âgés qu’elle. Fin mars, ils n’avaient toujours pas reçu d’invitations au mariage royal de leur soeur Meghan Markle.

« Elle était toujours la princesse de la famille, mais maintenant elle va devenir une vraie princesse et je ne pourrais, qu’être plus fière » a déclaré son demi-frère Tom Jr, de 15 ans plus âgé qu’elle.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy


ImagesTheTelegraph/Townandcountrymag/TheSun/GH/KenLennox