Meghan Markle en Afrique : « Je suis ici en tant que femme de couleur ! » son discours engagé ne fait pas l’unanimité

Lundi 23 septembre, la Duchesse de Sussex a prononcé une longue allocution sur le combat pour les droits des femmes et la lutte contre la violence : « Puis-je simplement dire que même si je suis ici avec mon mari en tant que membre de la famille royale, je veux que vous sachiez que pour moi, je suis ici avec vous en tant que mère, en tant que femme, en tant que femme de couleur et en tant que sœur. Je suis ici avec vous et je suis là pour vous ». Le discours engagé de Meghan Markle a fait mouche dès son arrivée en Afrique du Sud. Depuis cinq jours, Meghan Markle est loin des projecteurs de la presse anglaise, loin des critiques du public, quelque peu désenchanté, qui surveille ses moindres faits et gestes.

C’est en Afrique du Sud que l’ex-actrice et son époux ont choisi de démarrer leur visite en Afrique australe. Dans le cadre de l’Heritage Day, jour de célébration de la diversité culturelle et religieuse, à Cape Town, le prince Harry a tenu à rappeler, ce lundi 23 septembre 2019, le nombre important de viols et de féminicides recensés chaque jour en Afrique du Sudet il terminait en annonçant que « le changement arrive ».

Après leur visite dans la plus ancienne mosquée d’Afrique du Sud, et dans le township de Nyanga, un quartier défavorisé réservé aux racisés à Cap, mercredi 25 septembre, le Duc et la Duchesse ont été reçus par une figure de la lutte anti-apartheid, Desmond Tutu, un de ceux qui ont lutté pour la libération de l’ancien président Nelson Mandela.

En compagnie de sa fille Thandeka, canne à la main, Desmond Tutu accueillait le couple royal. Et surprise, les ont rejoints, le premier enfant de Meghan et de d’Harry, tout sourire et jovial, l’enfant habillé d’une salopette à rayures bleues et blanches et des chaussettes assorties, a été l’objet de toutes les attentions. La presse du monde entier assistait à la scène et de nombreuses images montrent l’intérêt que porte l’archevêque à cette famille royale. Pas certain que tous les britanniques aient savouré ce moment de la même manière, eux qui ont été tenus à distance de la naissance du petit Harry jusqu’à son baptême.

Mais au Cape Town, ce mercredi, Meghan Markle a fait le choix de présenter son bébé de 4 mois, Archie Mountbatten-Windsor a cet homme important à ses yeux, cet homme d’église, Desdmond Tutu est un fervent défenseur des opprimés de tous les pays. L’archevêque anglican sud-africain de 88 ans qui a reçu le prix Nobel de la paix en 1984 est malade et affaiblit par un cancer de la prostate. Pour la jeune mère, cet acte fort est dans la ligne de son engagement, à sortir les minorités de « l’invisibilité » tant sur le plan humain, social et économique.

Les sujets de la Reine Elizabeth II ne sont pas convaincus des intentions philanthropiques de Meghan Markle qu’ils accusent de vivre trop largement au frais du contribuable. En juillet dernier la presse française et d’Outre-Manche soulignaient  le « ras-le-bol » des anglais vis-à-vis de Meghan Markle. Ils la jugent trop dépensière, l’accusent de trop verrouiller sa vie privée et de dépenser des fortunes pour redorer la résidence du couple au Frogmore Cottage. « Choqués par ce train de vie extravagant, plus de 5.000 Britanniques n’ont pas hésité à signer une pétition lancée sur la plateforme communautaire Change.org afin que la duchesse de Sussex soit déchue de son titre » pouvait-on lire sur un site d’informations français.

Mais Meghan Markle a pris le contre pied et tente de relisser son image quand, par exemple, elle décide de recycler ses vêtements à l’instar de Kate Middleton. En Afrique du Sud, l’ancienne comédienne de 37 ans portait une robe de la marque éco-responsable Mayamiko, créée au Malawi. « L’occasion (pour elle) de rappeler le combat pour la sécurité des enfants et des femmes en Afrique du Sud et dans le monde ». A la fin de son discours solidaire, si remarqué, Meghan Markle a fêté à sa manière, toutes les femmes sud-africaines en leur avouant  » Je suis ici avec vous et je suis là pour vous (…) VOUS êtes essentiels ».

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images Capture d’écran