Miss France 2000, Sonia Rolland, aussi victime de racisme après son élection

Vues : 168

sonia-rolland-miss-france-2000-victime-de-racisme

Depuis qu’elle est la nouvelle Miss France, Flora Coquerel est la cible de nombreux commentaires racistes sur les réseaux sociaux. Le même sort a été réservé à Sonia Rolland après son élection en 2000. Alors que les réseaux sociaux n’existaient pas encore c’est via des lettres anonymes qu’elle a connu des attaques nauséabondes qui auraient pu gâcher son année de règne : excréments, crachats, lettres d’insultes… elle se confie au Plus du Nouvel Obs et raconte le flot de violence qui s’est déversé sur elle …

La fin de l’année 2013 approche à grands pas, mais pas pour tout le monde : il semblerait que certains Français soient restés bloqués dans une époque tristement raciste, à en voir les flots de haine balancés sur internet contre Flora Coquerel, notre nouvelle Miss France. La jeune femme, née d’une mère béninoise et d’un père français, n’est pas assez blanche pour la « fachosphère », qui balance inlassablement des horreurs sur le net depuis son élection samedi dernier. Des attaques aussi stupides que violentes, qui ne sont malheureusement pas les premières à entacher le règne d’une reine de beauté. Car avant Flora Coquerel, il y a eu Sonia Rolland, élue en décembre 1999.

Première Miss France d’origine africaine, Franco-rwandaise, Sonia Rolland a croulé sous les messages de haine, comme elle le raconte aujourd’hui sur Le Plus du Nouvel Obs : « Quand j’ai été élue, il n’y avait pas de réseaux sociaux, se souvient-elle. Pourtant, j’ai reçu environ 2700 lettres d’insultes. […] Je suis au regret de vous apprendre que ceux qui insultent Flora Coquerel existaient déjà à mon époque… » Pour quelques personnes sans doute très dérangées, cette violence écrite n’était pas suffisante, comme le décrit l’ancienne miss : « Je me souviens d’une enveloppe qui contenait des excréments, assortis d’un petit mot : “Voilà ce que tu m’évoques quand je te vois à la télé.” J’ai eu des crottes ramassées dans la rue sur mon paillasson, des crachats sur ma porte. On a aussi déchiré la toile de ma voiture après y avoir écrit « négresse » en énorme… »

A l’époque, Sonia Rolland n’avait que 18 ans, et a évidemment été « bouleversée par tout ça ». Mais pourtant, elle a choisi de farder le silence. « Geneviève de Fontenay voulait absolument qu’on en parle, se souvient-elle. Elle-même recevait des messages lui disant que je ne représentais pas la France. J’ai refusé qu’on en fasse une histoire. Je pensais que ça risquait de mettre en péril l’image de Miss France.Je ne voulais pas donner de l’importance à une poignée d’ignorants racistes alors que ceux qui m’avaient élue étaient justement assez ouverts pour élire une métisse franco-rwandaise. »

Cette réflexion, Sonia Rolland la transforme aujourd’hui en conseil pour la nouvelle Miss France : « Tout ce que je conseillerais à la jeune Flora, c’est de ne pas prêter attention à ces commentaires racistes qui circulent et de profiter de ce que va lui offrir son année de Miss. Elle n’a pas à s’excuser d’être Française juste parce qu’elle est métisse. » Un message que Flora Coquerel a déjà bien intégré : « Je suis métisse et fière de l’être, confiait-elle hier sur le plateau du Grand Journal. […] Je le vis très bien personnellement. Tout va très bien pour moi. »

Source : voici.fr

Photo : google images