Miss France 2020 victime de propos racistes : Le CRAN porte plainte auprès du Procureur de Paris

A peine élue Miss France 2020, Clémence Botino a été victime de commentaires racistes diffusés sur les réseaux sociaux. La jeune francilienne, Evelyne de Larichaudy, n’a pas été en reste. Elle aussi a été victime de tweets asiaphobes le soir de l’élection. Un déferlement de haine qui a choqué de nombreux internautes. Le CRAN, Conseil Représentatif des Associations Noires) a déposé une plainte auprès du Procureur de Paris ce jeudi 26 décembre.

Une fois encore, force est de constater, que la plateforme Pharos, dédiée à la chasse aux contenus illicites et violents, sous l’égide du Ministre de l’Intérieur est totalement inefficace, écrit Le Cran dans un communiqué. « En ne prenant pas les mesures adéquates pour faire taire l’afrophobie et le racisme primaire décompléxé, l’Etat se rend complice de tels agissements » a déclaré Thiaba BRUNI, porte-parole et vice-présidente du CRAN.

Dans son communiqué Le Cran poursuit : « L’Etat est censé protéger tous ses citoyens sans distinction et le silence du gouvernement Philippe et des instances décisionnelles des réseaux sociaux ressemble, à s’y méprendre, à celui auquel a été confronté Christiane Taubira, Sibeth NDiaye et tant d’autres. Il semblerait également que notre Secrétaire d’Etat à la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, habituellement sur tous les fronts, fasse oeuvre de discrimination car son mutisme dans cette affaire est éloquent ».

« A travers ces propos abjects, ce ne sont pas seulement Clémence Botino, Sibeth Ndiaye et Christiane Taubira qui sont attaquées mais l’ensemble des Noir-e-s de France et d’Ailleurs » a ajouté Ghyslain Vedeux, le Président du CRAN.

Thiaba BRUNI, Porte-parole et Vice présidente du CRAN en appelle donc cette fois-ci, à Emmanuel Macron, le Président de la France et de tous les Français quels que soient leur couleur, leur origine, leur sexe et leur religion. « Je lui demande solennellement de prendre des engagements fermes pour faire cesser ces outrages récurrents envers les Noir-e-s et Asiatiques de France. Le temps des discours est révolu, nous exigeons maintenant des actes. Se gargariser de beaux principes n’a jamais permis de lutter contre les racismes dont l’afrophobie et l’asiaphobie ».

Le racisme est un délit réprimé par la loi en France et non une opinion, le CRAN a donc, ce jour, déposé une plainte auprès du Procureur de Paris.