Miss Monde 1970 : Une caribéenne élue à Londres dans la plus grande controverse de l’histoire du concours

Dans les années 1970, l’Afrique du Sud est sous le régime de l’Apartheid et l’Amérique lutte contre ses vieux démons racistes. La communauté noire se bat sous tous les fronts pour une certaine égalité et une grande équité entre citoyens. Dans ce contexte politique s’ajoutera l’élection Jennifer Josephine Hosten, celle d’une jeune caribéenne, née sur l’île de la Grenade.

Ce concours de beauté qui doit élire la Miss Monde 1970 se déroulait au Royaume Uni le 3 décembre, sera suivi d’une vive controverse. Elle marquera l’histoire de cette compétition, dénoncera une méthode de votes bien particulière et mettra en exergue les relations tendues entre les Noirs et les Blancs. Les deux camps défendant leur favorite et réclamant une plus grande transparence des résultats des votes.

Fin 1970, la caribéenne Jennifer Josephine Hosten devient à Londres, la première femme d’ascendance africaine à être sacrée Miss Monde. Les dirigeants de son île et la Caraïbe tout entière sont honorés et fiers. Mais dans les coulisses s’installent très tôt, le doute et le malaise d’un couronnement qui sera inédit.

Etant sous le régime de l’apartheid, les responsables du concours autorisent deux femmes à représenter l’Afrique du Sud, l’une blanche, l’autre noire. Aux premières heures de la cérémonie, des groupes de libération des femmes protestent vigoureusement et Bob Hope, l’acteur-chanteur-humoriste américain d’origine britannique se fait chahuter.

Des troubles qui vont persister tout au long de la soirée. Pendant la cérémonie des voix  accusent les résultats de « racisme » contre les candidates blanches. On saura plus tard que quatre des neuf juges donnaient leur voix à la candidate de la Suède quand Miss Grenade, Jennifer Josephine Hosten n’avait que seulement deux votes.

Au final la caribéenne Jennifer Josephine Hosten et la candidate noire d’Afrique du Sud sont annoncées respectivement : Miss Monde et Première Finaliste.

La polémique enfle quand la presse annonce que l’un des juges se révélait être Sir Eric Gairy, alors Premier ministre de la Grenade.

Sous l’intense pression médiatique britannique, Julia Morley, la directrice du concours, démissionne dans les jours qui suivent l’élection de Miss Monde. Tout en confirmant que Jennifer Josephine Hosten est la gagnante légitime, le conseil d’administration du concours rend publique la procédure de vote complexe qui permet à un candidat de gagner avec une minorité de votes. Des explications qui n’ont toujours pas convaincues Marjorie Christel Johansson, Miss Suède qui persiste à croire, plusieurs décennies plus tard, que c’est elle la véritable Miss Monde 1970.

Jennifer Josephine Hosten a obtenu une maîtrise en sciences politiques et relations internationales de l’Université Carleton à Ottawa. De 1978 à 1981, elle a été commissaire au Canada. Détentrice de la double nationalité canadienne et grenadienne, elle a ensuite travaillé comme diplomate canadienne à Dacca, au Bangladesh, avant de retourner à la Grenade.

En 2006, Jennifer Josephine Hosten, remariée à un homme d’affaires de la Grenade, a été nommée directrice nationale du concours mondial de Miss Grenade.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images Pinterest/Facebook