Miss Yoles Rondes 2018 : 8 candidates retenues pour la finale

Ce samedi 21 juillet a eu lieu le défilé de la demi-finale de l’élection Miss Yoles Rondes 2018, au commerciale La Batelière à Schoelcher. Sur 16 candidates, 8 ont été retenues pour la finale qui aura lieu le samedi 28 juillet. (Galerie Photos en fin d’article)

A l’occasion de cette seconde édition de l’élection Miss Yoles Rondes, les 16 candidates étaient en lice. Comme l’année précédente, le casting s’est déroulé sur Facebook et les participantes ayant récoltées le plus de « J’aime » ou de « J’adore » se sont vues franchir les portes de la demi-finale qui s’est déroulée hier, samedi 21 juillet !

Pour cet évènement familial, animé par Tony Donatien Martinon, le public a bien sûr répondu présent. Sur les 16 candidates, 8 ont retenu l’attention du jury après avoir défilé en maillots de bain et en tenues de ville. Elles participeront à la finale pour tenter de remporter le titre de Miss Yoles Rondes 2018.

 La couronne de la première édition a été gagnée par Laurent Campello.

Pour cette seconde édition de l’élection Miss Yoles Rondes, le groupe Ho Hio Hen, souhaitait « réaffirmer son attachement à ses origines Martiniquaises« , et se dit  « heureux de renouveler son partenariat avec le Tour des Yoles Rondes » Le groupe rappelle que « comme l’an dernier, l’Élection de Miss Yoles Rondes est bien sûr placée sur le patronage de la Fédération des Yoles Rondes. »

Avec humilité et détermination, l’Élection de Miss Yoles Rondes ambitionne de devenir l’événement le plus glamour de Martinique.

C’est avec beaucoup de fierté et de plaisir, que nous associons de nouveau cette Élection à cette très belle compétition, à cette fête joyeuse et populaire, au plus grand
événement de Martinique que constitue le Tour des Yoles Rondes.

Après une première édition 2017 réussie, c’est donc avec impatience que nous vous attendons pour cette demi-finale le 21 juillet 2018 à 16h dans votre galerie commerciale La Batelière.

Le Tour des Yoles 2018 débute le dimanche 29 juillet à Schoelcher.

Crédits photos : Thierry Cayau