Mobilisation des stars suite au meurtre d’un jogger afro-américain par deux hommes blancs

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Monde
Mots clés :

Les stars se mobilisent suite au meurtre raciste d’un afro-américain par deux hommes blancs. Il a été tué par arme à feu en plein jour alors qu’il faisait un jogging.

Ahmaud Arbery aurait eu 26 ans aujourd’hui. Le 23 février, le jeune afro-américain sort faire son jogging. Il est abattu de sang-froid, en pleine journée, par deux hommes blancs dans la ville de Brunswick, en Géorgie (Etats-Unis).

Plus de deux mois après les faits, Gregory et Travis McMichael, un père et son fils, n’étaient toujours pas inquiétés.

Mais voilà, mardi 5 mai, une vidéo de l’exécution et les derniers instants de la victime, prise par un voisin avec un téléphone portable, a fait surface.

Elle est devenue virale sur les réseaux sociaux grâce à la mobilisation et au soutien des célébrités comme Puff Daddy, Justin Timberlake, Taylor Swift, LeBron James, Olivia Wilde, Ava DuVernay, Pedro Pascal ou encore Snoop Dogg…

Jeudi soir, Gregory et Travis McMichael ont finalement été placés en garde à vue et inculpés pour meurtre et voie de fait grave comme l’a annoncé dans un communiqué le Bureau d’Investigation de Géorgie.

Dans la vidéo, on voit le père et le fils attendre Ahmaud Arbery qui faisait son jogging en plein jour dans la rue. En arrivant au niveau du pick-up par l’arrière, la victime est semble-t-il prise à partie par l’un des deux assaillants armé qui lui tire dessus.

L’avocat de la famille du jeune afro-américain a dénoncé une « exécution horrible » et affirmé que les deux inculpés n’ont pas été inquiétés en premier lieu, parce que Gregory McMichael a servi en tant que policier puis inspecteur pour le procureur pendant plus de 30 ans.

Dans un premier temps, Gregory McMichael, 64 ans, et son fils, Travis, 34 ans, avaient expliqué qu’ils avaient agit en légitime défense. Ils avaient pris d’Ahmaud Arbery pour un cambrioleur, avait saisit leurs armes puis étaient montés dans leur pick-up pour l’arrêter.

Une explication qui avait été jugée suffisante par la police qui n’avait alors pas engagé de poursuites contre eux.

Les officiers de police avaient expliqué à la mère de la victime que son fils avait été impliqué dans un cambriolage et était décédé, rapporte la BBC.