Mode : Mallees Niotaerc veut mondialiser l’usage du madras pour « le faire connaître au plus grand nombre »

Seulement trois ans qu’elle baigne dans le monde associatif en région parisienne,  et la guadeloupéenne Mallees Niotaerc est déjà une des femmes influentes qui imposent et montrent son talent sur les réseaux sociaux. Entre les Journées shopping et ses grands rendez-vous autour de la mode, Mallees Niotaerc garde son objectif « faire connaître le madras, au plus grand nombre ». Lancée il y a deux ans, Le Madras Fashion Show réunit chaque année des centaines de fashionistas, des passionnés et des curieux qui viennent découvrir les tendances de la mode Madras.

Samedi dernier, la seconde édition avait pour thème Madras et Féérie, un challenge pour les créateurs, censés représenter un monde magique et imaginaire en utilisant le tissu fétiche des antillais, le madras. Reconnaissable aux motifs à carreaux qui le composent, décliné dans toutes teintes, noir, rouge, vert ou jaune, le tissu madras est importé d’Asie. Utilisé autrefois lors de cérémonie, de sortie, de bal ou pour le travail domestique, le madras est désormais le tissu choisi pour les fêtes traditionnelles, il est souvent porté par les marchandes qui tiennent commerce sur les marchés locaux.

Aux Antilles françaises, comme en Haïti, en Dominique ou à sainte-Lucie, tous les danseurs et musiciens de groupes folkloriques confectionnent leurs tenues dans du madras.

A Paris, Mallees Niotaerc  a un rêve, c’est celui de mondialiser l’utilisation du madras, sortir du cadre des Antilles, l’internationaliser. Et ce genre d’événement national est un bon tremplin pour la guadeloupéenne. « Les spectateurs viennent jusqu’à Nanterre ! », c’est une grande victoire pour Mallees Niotaerc, qui compte aujourd’hui près de 10 000 abonnés sur sa page Facebook : « Les  gens échangent beaucoup les photos du catalogue de la mode madras, entre (300 à plus de mille partages) » affirme Mallees Niotaerc.

« Quand toutes ces personnes se déplacent, remplissent la salle du défilé, ils me donnent une raison de continuer, je me dis que je dois poursuivre ce projet. Toutes ces personnes qui payent leur place, me donnent raison d’inciter les stylistes, à créer à montrer leur savoir faire. » déclare l’organisatrice, en plein défilé du Madras Fashion Show.

L’heure est à la mobilisation dans l’industrie de la mode : « Le message que nous voulons faire passer c’est de dire que le madras peut être porté par tout le monde et que n’importe quel créateur peut le travailler, d’ Afrique (comme Grace Hernande), des Antilles ou d’Europe. C’est dans ce sens que le madras doit trouver sa place à l’international. Si l’anglais est une langue très utilisée, c’est par ce qu’elle est parlée par un grand nombre. Le madras sera aussi dans les grands défilés mondiaux pour que plus de monde se l’approprie » affirme solennellement Malles Niortaerc.

Monter une telle opération n’est pas simple et l’organisatrice le sait. Celle qui a du louer un 1 000 m2 et débourser 30 000 euros pour l’événement, explique comment il est difficile de trouver des sponsors, des soutiens. Mais la présidente de l’Association  » Mallees Niotaerc «  sait s’entourer de personnes « qui ont de l’aura ». « Espace VIP, espace presse, Backstage, un défilé de mode est extrêmement cher. On compte beaucoup sur le bouche à oreille » avoue l’énergique guadeloupéenne.

Jacques Ambrosio, Harry Jeanne, respectivement, responsables d’association et photographe, ont participé à la logistique de l’événement qui regroupait cette année, cinq créatrices représentant leur marque, Ayden pour Glam Ethnik, Sylvia Henri pour K&Attitude by Mod’H (Martinique), Annie Ducteil (Martinique), Anne-Marie Siger pour Leyana D’Liss (Guadeloupe), Grace Hernande pour Grace M (Ivoirienne), Sarah Calvayrac pour Calvayrac Créations (Martinique) et Françoise Bernard pour FB Créations (Martinique).

Les créatrices, de tous horizons, ont réalisé les collections spécialement pour  cette nouvelle édition du  Madras Fashion Show. Certaines se sont venues dans la capitale pour l’événement comme Françoise Bernard qui vit à Clermont-Ferrand ou Sarah Calvayrac qui réside à Toulouse.

Samedi 30 mars 2019, un concert live a clôturé la grande soirée qui se tenait à la salle de spectacle Espace Chevreul dans la ville de Nanterre. Le pianiste martiniquais Thierry Vaton , Kristof Négrit au Tambour, Justwody Cereyon accompagnaient la chanteuse guadeloupéenne Céline Languedoc. L’interprète de Jardin d’Eden a présenté des airs de son dernier album « Rencontre » (sorti en octobre 2017).

« Il faut deux ans pour préparer un tel événement. On réfléchit très tôt sur le thème pour que les créateurs puissent réaliser les vêtements. Ensuite, il faut entre 3 et 4 mois pour les essais. Le prochain rendez-vous pour le Madras Fashion Show ce sera au mois de décembre, il s’agira de sélectionner les créateurs susceptibles d’être à la 3ème édition. » nous confie Mallees Malles Niortaerc qui reçoit des demandes de pays de la Caraïbe anglophone. L’ère du Madras porte ses fruits.

« Entre temps il y aura les deux éditions du Madras Day. Ce sont des journées shopping. La prochaine aura lieu le 27 avril 2019 dans le 13ème arrondissement à Paris. On invite les créateurs à tenir des stands sur lesquels seront vendus uniquement des produits en madras. » précise l’organisatrice d’événements, Mallees Niortaerc, qui vise toujours sa cible. Montrer le meilleur du tissu madras en le décentralisant.

MADRAS Fashion Show à l'Espace Chevreul (C'news Actus Dothy)

ANTILLES – PARIS – PATRIMOINE (Nlle Version) : L'objectif de Mallees, l'organisatrice de cette biennale de la mode MADRAS, c'est de porter ce tissu, symbole de la culture antillaise, au sommet…Reportage Dorothée Audibert-Champenois C'news Actus Dothy – Mallees Madras Seve Mas Ktoo Cia Jacques Ambrosio #mode GLAM Ethnik Annie Ducteil #créateurs #styliste #beauté #défilé #modèle #confection Antillesboxmail – Dothy Celine Languedoc Perso Thierry Vaton Harry Jeanne

Publiée par Antillesboxmail – Dothy sur Mardi 2 avril 2019

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Crédits Photos C’news Actus Dothy