« Moi, président de la République, toi, résident de la République »

Vues : 5

A la question posée par la journaliste de TF1, Laurence Ferrari, ce mercredi 2 mai au soir, à la fin du débat télévisé entre les deux finalistes à la présidentielle, « François Hollande, quel président comptez-vous être ? », le candidat PS  s’est lancé, à la surprise de tous, dans une longue tirade qui a duré a peu près 3 minutes, pour définir sa présidence. Même Nicolas Sarkozy s’est laissé surprendre, qu’il n’a pas oser interrompre son adversaire, ne serait-ce que pour lui lancer un malicieux « mais vous ne l’êtes pas encore, président de la république ».

Répéter quinze fois « Moi, président de la République, je .. » pour répondre à une question peut paraître « un peu bête » aux yeux de certains et « agacer » l’oreille de beaucoup.

Mais « heureusement que le ridicule ne tue pas » car François Hollande a plutôt réussi son coup. Déjà favori dans les sondages il a créé le buzz  avec son anaphore « Moi, président de la République, je » qui a fustigé l’exercice du pouvoir de Nicolas Sarkozy, restera un des moments forts de ce débat télévisé.

Chacun y va de son propre commentaire, trouvant cela « ridicule » selon le camp UMP, « agaçant », « pitoyable »ou encore « peu naturel » puisque le personnage s’est contenté de déclamer une vieille ficelle bien connue des énarques qui croient que de marteler le même mot des dizaines de fois, suffit à convaincre et faire croire.

D’autres au contraire trouvent cela « mémorable », « stratégique », un « finish him » qui a mis Nicolas Sarkozy K.O.

« Moi, président de la République, je » a marqué tous les esprits. Les humoristes et les guignols se régalent, les internautes ont déjà remixé l’anaphore sur de l’électro, du Rap, de la techno … et les experts en communication y pressentent la défaite de Nicolas Sarkozy.

Mais, même si François Hollande « se voit déjà installé dans le fauteuil » du chef de l’état, en définitive ce sont les Français qui choisiront leur président ce dimanche 06 mai 2012.