Mumia Abu-Jamal : la justice fédérale ordonne l’Administration pénitentiaire de le soigner

Vues : 1971

Mardi (03 janvier) en fin d’après-midi, le Juge Fédéral Mariani a ordonné à l’Administration pénitentiaire de Pennsylvanie d’accorder immédiatement à Mumia Abu-Jamal le traitement contre l’hépatite C dont il souffre, justifiant sa décision en ces termes « les contraintes budgétaires ne peuvent pas l’emporter sur la garantie constitutionnelle de soins médicaux adéquats ».

Ainsi, un an et demi après, les mobilisations dans le monde entier et les batailles juridiques ont eu raison de l’inhumanité de l’Administration. Bret Grote de l’Abolition Law Center et Maître Robert Boyle de la défense de Mumia se sont félicités de « cette grande victoire remportée par les milliers de gens qui ont soutenu Mumia ». Cela a exigé deux procès, des milliers d’heures pour des motions, des rassemblements, des manifestations, des coups de téléphone, des mails et des pétitions.
Il fallait prouver que tout retard de traitement causerait des dommages irréversibles à Mumia et aux 6.000 prisonniers de Pennsylvanie souffrant d’hépatite C et qui n’étaient pas soignés.

En août dernier, lorsque que le Juge Mariani rejeta la première requête, l’inquiétude fut grande. La colère redynamisa toutefois la mobilisation à l’exemple des 130.000 dollars collectés par les soutiens du monde entier pour la poursuite de la bataille judiciaire et les soins médicaux dont Mumia avait besoin.

Les organisations des soutiens à Mumia, par leurs initiatives, se félicitent d’avoir contribué à cette victoire du droit au respect de la vie humaine.
Une pause de la mobilisation ne saurait toutefois être de mise car l’Administration pénitentiaire va vraisemblablement interjeter appel. Il nous faut donc maintenir la pression pour qu’enfin Mumia soit soigné et libéré …

▪ Envoyez quelques mots à Mumia pour lui témoigner votre soutien
Plusieurs recommandations : Ecrivez en anglais ou en français, soyez brefs et ne faites aucune référence à la mise en cause de l’Administration pénitentiaire et des autorités américaines. Glissez votre courrier ou votre carte postale dans une enveloppe blanche en n’oubliant pas de mentionner votre adresse au dos et de l’affranchir (1,30 € jusqu’à 20 gr). N’hésitez cependant pas à écrire car cette démarche constitue à la fois un moyen de pression sur les autorités américaines et de protection pour Mumia.

MUMIA ABU JAMAL
AM – 8335
SCI Mahanoy
301 Morea Road
Frackville, PA 17932
USA

Noëlle Hanrahan (directrice de Prison Radio) aux soutiens de Mumia :

Le courrier, les lettres et les cartes que reçoit Mumia, … sont pour lui un grand soutien et une source d’inspiration. Il me l’a dit lors de ma dernière visite … C’est vraiment très important pour lui… il vous demande d’écrire votre adresse très lisiblement, en caractères d’imprimerie si possible. Autant qu’il le pourra, s’il en a le temps et surtout l’argent, il vous répondra.

Texte du Comité Martiniquais « Sauver Mumia Abu Jamal »


3 commentaires :

  1. Non mais allo

    Cet homme est bien coupable et il a bien tué un policier en service.
    On l a retrouvé sur la scene du crime avec son revolver de calibre 38 qu il avait acheté quelques mois plus tôt et 5 étuis de munitions a coté de lui. Il était assis sur le trottoir à coté du corps.

    Je ne comprends pas tout cet engouement. Maintenant qu il n est plus condamné à mort, il doit faire sa peine de prison sinon cela adresse un tres mauvais signal à la société.

    1. Non mais allo

      Je pense beaucoup à la famille de l’homme qu il a tué. J’espère qu ils ont réussi à s en remettre.
      Le problème dans nos sociétés, on a parfois tendance à starifier des criminels et on oublie les malheureuses victimes qui n ont rien demandé le plus souvent.

      Tout le monde est quasi unanimement d accord pour dire qu il a assassiné le policier. La où les choses ne sont pas claires, c est dans la tenue d un proces équitable. Il n a pu etre défendu correctement et la société raciste dans laquelle il évolue ne lui a laissé aucune chance suite au MEUTRE qu il a perpétré.

Les commentaires sont fermés