Nagui accusé par « la rumeur » sur internet d’être l’auteur des mutilations de chevaux : « Ou est la blague ? », demande l’animateur

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, France
Mots clés : ,

Une folle rumeur selon laquelle, Nagui, serait le mystérieux auteur des mutilations de chevaux en France est devenue virale, faisant monter l’animateur vedette de France Télévisions dans les plus grosses tendances de Twitter.

Partie d’une blague, cette sordide rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux via des photomontages imitant de vrais média avec de faux articles, de fausses captures d’écran de chaines de télévision, certaines ayant même des relents racistes.
Nagui y est présenté par des internautes, adeptes du troll, comme le coupable des mutilations de chevaux à travers la France.

Des publications, issues de faux comptes Twitter imitent de vrais médias nationaux comme Libération, AFP ou encore le journal Sud-Ouest et affirment même que l’animateur a été placé en détention provisoire.

Nagui a été prévenu de l’ampleur du phénomène par une de ses chroniqueuses.
Sur twitter, Fanny Ruwet, chroniqueuse de « La Bande originale » sur France Inter interpelle Nagui : « On est d’accord que je suis OBLIGÉE d’en faire mon sujet de chronique de mercredi ? ».

« Je ne comprends rien », lui répondu l’animateur.
« Je n’ai aucune idée d’où c’est parti, mais plein de gens ont commencé à dire que c’était toi le mystérieux gars qui mutilait des chevaux », lui explique alors la chroniqueuse belge.
« Où est la vanne ? », s’interroge Nagui, visiblement perplexe.

« La vanne, c’est l’absurdité », lui répond Fanny Ruwet. « Ok, je suis super trop vieux, et soulagé », rétorque Nagui végétarien de longue date et fervent défenseur de la cause animale.

Depuis le début de l’année, la France est touchée par une sordide affaire de chevaux mutilés. Plus d’une trentaine d’équidés ont été mutilés. Sur chaque animal, de nombreux sévices sont constatés, et le ou les coupables sont toujours en liberté.

« Nos forces de sécurité sont particulièrement mobilisées afin d’interpeller les responsables des actes de torture sur les chevaux », a tweeté le 7 septembre dernier Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur.

Un numéro vert, « destiné à tous les propriétaires de chevaux », a également été mis en place par le gouvernement.