« Non la ville de Fort de France n’est pas sous tutelle »

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Le maire de Fort-de-France réagit dans un communiqué, suite au dernier avis de la Chambre régionale des Comptes, jugeant insuffisantes les mesures prises par la ville pour un retour à l’équilibre, à l’horizon 2025. Pour Didier Laguerre, la situation est sous contrôle alors que son principal opposant Francis Carole, craint une flambée des impôts.

« Contrairement aux allégations mensongères et démagogiques, le Maire rappelle que la Ville de Fort-de-France n’est pas sous tutelle, comme confirmé par cet arrêté préfectoral du 30 Janvier 2020 » indique le communiqué de la ville.

Suite au dernier avis de la Chambre régionale des Comptes, le Maire de Fort-de-France a reçu ce vendredi 31 janvier 2020, l’arrêté préfectoral portant règlement et exécution du budget primitif 2019 de la Ville de Fort-de-France.

L’arrêté préfectoral confirme que le Maire et son Conseil municipal peuvent, comme à l’accoutumée, voter le budget primitif 2020. Le compte administratif 2019 devra être voté au préalable.

Contrairement aux allégations mensongères et démagogiques, le Maire rappelle que la Ville de Fort-de-France n’est pas sous tutelle, comme confirmé par cet arrêté préfectoral du 30 Janvier 2020.

Par ailleurs, l’arrêté préfectoral ne prend pas en compte toutes les recommandations de la Chambre régionale des Comptes. En effet, l’écriture comptable de la dette de Il millions d’euros de Io CNAF contestée, n’a pas été intégrée comme le proposait déjà le Maire lors du dernier vote du budget.

Il établit ainsi le budget 2019 de la Ville de Fort-de-France à 49 005 006,45 millions d’euros (tel que voté par le Conseil municipal en décembre 2019) au lieu des 60 792 373,35 millions d’euros proposés de la Chambre Régionale des Comptes.

Cet arrêté confirme une fois de plus la sincérité, la transparence et la rigueur des comptes arrêtés par la Ville de Fort-de-France. Ce document ne fait état d’aucun excédent de dépenses, le budget voté par la Ville étant quasi identique à celui arrêté par le Préfet.

Le Maire tient ses engagements tel qu’annoncé dans le cadre du contrat d’accompagnement avec l’État.