Nouvel épisode de brumes de sable sur les Antilles : Alerte rouge, la pollution de l’air à son maximum

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Guadeloupe, Martinique
Mots clés :

Un intense épisode de brumes de sable traverse ce vendredi 26 Juin l’ensemble de la Caraïbe.
L’épisode devrait durer jusqu’à samedi.

L’alerte rouge déclenchée, jeudi, dans les deux îles a été maintenue ce vendredi en raison de l’intensité du nouvel épisode de brumes de sable.

En Martinique, l’indice de qualité de l’air atteint 10 (très mauvais), soit le niveau le plus élevé sur l’échelle en terme de pollution.

Selon Madininair, l’indice ATMO du jour est de 10 sur 10, soit un air très mauvais et ça devrait être la même chose pour la journée de samedi 27 juin. Voir le communiqué ici

Il est demandé aux personnes vulnérables de se protéger et d’éviter les exercices physiques en extérieur.

Madininair a activé depuis hier sa procédure d’alerte. Celle-ci devrait être renforcée par des mesures d’urgence de la préfecture dans la journée.

Depuis plusieurs jours, la Martinique et la Guadeloupe sont traversées par une « brume de poussière d’une intensité plus importante que ces dix dernières années », constatent les experts de Météo-France.

Les préfectures de Guadeloupe et Martinique ont déclenché des « procédures d’alerte ».
En Guadeloupe, la Soufrière a disparu derrière une épaisse brume de poussière.
Si depuis quelques années cette arrivée de poussières en provenance du Sahara se reproduit assez régulièrement aux Antilles, cette fois, « l’intensité est plus importante que ces dix dernières années », souligne Cécile Marie-Luce, responsable du service prévisions du centre Météo-France de Guadeloupe.

Il est demandé aux habitants des deux îles de reporter certains travaux d’entretiens comme la tonte de sa pelouse, et dans le secteur des transports, de limiter l’usage des véhicules diesel non équipés de filtres à particules, et les transports routiers de transit.

Il est également demandé d’encourager le recours au télétravail pour les agents des services de l’État et administrations lorsque ce dispositif existe.