Nouvelle-Calédonie : Des tensions pendant le visite d’Edouard Phillipe après le « non » à l’indépendance

edouard-philippe-nouvelle-caledonie

Les urnes ont parlé en Nouvelle-Calédonie mais ceux qui sont déçus par les résultats ont protesté sur le terrain en brûlant des voitures et en érigeant des barrages constitués de branchages et de pneus enflammés à Saint-Louis. Les tensions se sont poursuivis pendant la visite du premier ministre, arrivé ce dimanche 4 novembre sur le territoire.

Face à cette tension les forces de l’ordre sont intervenues à Saint-Michel plus précisément avec un déploiement de nombreux gendarmes et de véhicules de type blindé avec des tirs de gaz lacrymogène.

Leur mission : tenter de faire revenir l’ordre dans une île divisée en deux. Car c’est ça l’origine de cette situation tendue. Des contestataires n’acceptent pas le résultat de ce référendum !

Oui pour une Nouvelle-Calédonie française

Le « oui » pour que la Nouvelle-Calédonie reste française l’a emporté dans une proportion de 56, 4 % des suffrages exprimés, c’est-à-dire 78 361 voix. En face, 43, 6 % des votants à savoir près de 61 000 votants ont dit qu’ils souhaitaient l’indépendance ou encore l’accession à la pleine souveraineté. Le président de la République française Emmanuel Macron a commenté ce résultat en évoquant « une marque de confiance en la République » et a dit sa « fierté » que la majorité des Calédoniens aient choisi la France.

Mais il faut également retenir au terme de ce référendum qu’une grande partie des inscrits est allée voter et a accompli son devoir de citoyens. 80,6 % des électeurs inscrits a glissé son bulletin dans l’urne. Mieux qu’en 1998 où plus de 74,2 % des inscrits s’étaient déplacés dans un bureau de vote lors de la consultation sur l’approbation de l’accord de Nouméa.

nouvelle-caledonie-referendum

Reste maintenant à gérer l’après-référendum une fois que le calme sera revenu. Et pour amorcer cette phase et Le premier ministre, Edouard Philippe, est arrivé ce lundi 5 novembre sur le territoire pour engager des discussions avec les différentes forces politiques.

« Il y a des gens qui sont contents du résultat et d’autres qui sont déçus, mais ça s’est plutôt bien passé« , a déclaré Édouard Philippe. « C’est l’aboutissement de quelque chose d’assez extraordinaire qui s’est passé pendant 30 ans, et il faut en être fier, vraiment très fier … Il n’y a pas un exemple dans l’Histoire de France, et probablement pas beaucoup d’exemples dans l’Histoire des autres pays du monde, d’un processus démocratique de cette qualité » a-t-il rajouté.

« Je salue le bon déroulement du référendum de Nouvelle-Calédonie, qui a connu une très forte participation (80,63%) et remercie les maires et leurs équipes qui, aux côtés des services de l’État et de la Nouvelle-Calédonie, ont œuvré pour faire de ce scrutin un rendez-vous démocratique réussi » a déclaré Annick Girardin qui accompagne le premier Ministre en Nouvelle-Calédonie.

Déborah Louis-Jean / Photo : Infos Françaises et Capture écran YouTube AFP