Opéra : La 1ère étoile noire américaine, Misty Copeland demande l’arrêt du blackface russe, refus des organisateurs irrités

Misty Copeland la première Noire américaine promue danseuse étoile à l’American Ballet Theater en 2015 a grandi dans une famille monoparentale et déshéritée avec cinq frères et sœurs entassés dans un motel de San Pedro, un quartier de Los Angeles. Elle a 13 ans et découvre la danse, un age avancé pour intégrer cet univers. A 15 ans, Misty Copeland quitte le foyer familial pour vivre comme il lui plait. Un caractère bien trempé, une grande détermination et l’envie auront raisons de ses difficultés.

Misty Copeland,  la première Noire américaine, danseuse étoile à l’American Ballet Theatre (ABT)

Quinze ans plus tard, elle est danseuse étoile à L’Opéra de New York, rencontre le premier président noir des Etats-Unis, Barack Obama et devient un modèle pour les jeunes, ceux victimes de la pauvreté ou du racisme structurel.

«Je dois prouver que j’appartiens à ce monde, que j’en suis capable, que je suis une ballerine et que ma couleur de peau n’a aucune importance, comme ma silhouette. Il faudra beaucoup de temps au monde du ballet pour s’y habituer et je ne pense pas que cela arrivera de mon vivant, mais on est au début.»

Son engagement et son militantisme donne une nouvelle voix aux luttes contre les inégalités et Misty Copeland qui milite pour plus de diversité dans le monde de la danse en est une. Dans l’émission «CBS Sunday Morning» en décembre 2014 elle témoignait dans ce sens : « Je veux montrer aux organisations comment travailler avec des communautés variées. Même les cheveux peuvent poser problème. J’ai déjà entendu «On ne peut pas la prendre parce qu’elle ne peut pas se faire un chignon classique

Misty Copeland à l’ABT,  l’une des compagnies de ballet les plus importantes du XX siècle.

Début décembre 2019, la danseuse californienne a soulevé une vive controverse quand elle a dénoncé la pratique du blackface dans un des plus célèbres et anciens Ballet russe « La Bayadère»** créé en janvier 1877 par le français Marius Petipa. Et, le Théâtre Bolchoï de Moscou, contrarié par cette polémique en ligne a réagi avec une extrême fermeté, soutenu par de nombreux artistes du monde du ballet russe.

Le dimanche 8 décembre dernier, Mysty Copeland, la première ballerine noire américaine a publié une photo sur Instagram «la réalité du monde du ballet», une image montrant deux jeunes danseuses du Bolchoï grimées en noir. Le post devenu viral a déclenché un controverse entre les pour et les contre blackface.

Immédiatement, les jeunes danseurs ont  supprimé leur compte Instagram après de violentes critiques d’internautes, mais la polémique ne s’est pas éteinte pour autant. Pour la danseuse étoilée, Misty Copeland, il s’agit d’un sujet très sensible et elle se devait d’intervenir : «Tant que nous ne n’interpellons pas les gens et ne les mettons pas mal à l’aise, le changement ne peut pas se produire » a tweeté Misty Copeland, le jeudi 19 décembre.

Danseuses du Ballet du Bolchoï russe

Dans le même temps, la publication de Misty Copeland aura permis à une autre danseuse noire de partager son expérience «bizarre». Contre son gré, Dana Nichols,  a  été « forcée de pratiquer le blackface dans la production du théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg de « La Bayadère» à Los Angeles en 2003.

Dana Nichols

Le Théâtre russe a vivement réagi aux déclarations de la jeune danseuse afro-américaine. Le responsable de la troupe de danse du Bolchoï, Makhar Baziyev a qualifié les critiques de Misty Copeland de « tout simplement ridicules». Arguant du fait que : «Personne ne s’est jamais plaint à nous ou ne voit dans ces petits Maures aucun acte d’irrespect» a-t-il ajouté dans une émission de radio.

L’entourage de «La Bayadère» a annoncé qu’il était hors de question de changer la mise en scène du ballet. «La Bayadère a été jouée de cette manière des milliers de fois en Russie et à l’étranger et le Théâtre du Bolchoï ne s’engagera pas dans une telle discussion» a soutenu dimanche 15 décembre, le directeur du Bolchoï Vladimir Urin.

Sur sa chaîne YouTube, le danseur et chorégraphe américain de formation russe Eric Conrad a également défendu «La Bayadère» qui selon lui est un «hommage» à la culture indienne . Selon Eric Conrad, contrairement aux États-Unis, la Russie n’a pas eu pour tradition d’asservir les Africains, ce qui ne fait pas du blackface un problème sensible dans le pays. La critique de l’afro-américaine serait sans fondement.

Misty Copeland, danseuse étoile à l’American Ballet Theater de New York

Misty Copeland, sensible à la représentation des hommes et femmes de couleurs touchés par le racisme structurel a répliqué sèchement : «Avec l’accès que nous avons aux médias, aux réseaux sociaux, nous avons tous les moyens sur terre pour éduquer et dire au monde, qu’il serait aveugle et ignorant de ne pas savoir que ce (blackface) n’est pas acceptable

Avec une motivation sans faille, la danseuse afro-américaine a tweeté : «Je suis fatiguée de donner aux oppresseurs le bénéfice du doute. Ils doivent être cités, appelés, éduqués et plus encore », a complété sur son post Misty Copeland sur son compte Instagram.

« Aussi dure que soit cette vérité, c’est ma vérité et ils doivent l’intégrer.» (Misty Copeland)

** Synopsys de «La Bayadère» : En Inde, la danseuse sacrée Nikiya et le guerrier Solor s’aiment en secret. Mais le Grand Brahmane, jaloux, surprend leur rencontre et s’empresse de dénoncer cet amour interdit au Rajah. Le Rajah rappelle Solor à son devoir : il devra épouser Gamzatti, sa fille. Mais il est des serments d’amour comme des serments sacrés, qu’on ne peut pas briser.

Meet Misty Copeland  sur Facebook :

For anyone in dance or another form of art or athletics, I want you to know I understand what it’s like to be looked at as different or to be told “no” based on something you can’t control. I didn’t grow up in the world of ballet. I was 13 when I took my first class, and my background was different from the other students’. Dance gave me the freedom to embrace my story, and now I want to help you discover the same power in my new MasterClass. https://www.masterclass.com/mistycopeland

Publiée par Misty Copeland sur Lundi 2 décembre 2019

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Source The Moscow Times(independent news from Russia)
Images TMT/Misty Copeland/Vanity Fair/Instagram/Facebook