Paris : Ex-réalisateur à RCI Martinique, Jean-Michel Rosalie est un nouveau traiteur dans la capitale

Vues : 4313

Sur plus de 200 000 m2, la Foire de Paris qui se tient durant douze à jours est l’un des plus grand centre commercial éphémère de France. Les visiteurs auront le choix parmi les 3500 marques qui s’exposent à la Porte de Versailles.

Ce vendredi 4 mai, installé entre un disquaire et un vendeur de liqueurs et faisant face à la vanille de la Réunion, le martiniquais Jean-Michel Rosalie tient son stand « Kay Michou » pour la toute première fois dans cette immense foire commerciale à Paris. Il « joue gros » , car comme vous allez le découvrir, ce commerçant bouleverse ses habitudes pour se consacrer à une nouvelle passion.

Les vedettes et personnalités antillaises frappent à son stand depuis l’ouverture de la Foire de Paris. Et dès ce vendredi 27 avril 2018, Jean-Michel Rosalie sait, qu’il a fait le bon choix. Il propose du balarou et du lambi aux visiteurs qui le plus souvent « meurent de faim » durant leur visite à la Foire de Paris. L’oeil vif pour ne rater aucun client, à l’écoute de leur moindre envie, Blancs, Noirs ou Asiatiques, ils s’arrêtent pour demander conseils ou pour solliciter les services du martiniquais.

Jean-Michel Rosalie, présente bien. Le sourire ! il l’a en permanence, naturellement l’antillais exprime ce besoin de partager, d’être en contact avec ses clients. Il est un « bleu » dans ce « business ». Même s’il avoue, qu’il cuisine depuis longtemps, Jean-Michel n’est devenu professionnel que parce qu’il vient juste de démissionner de son poste de réalisateur radio dans l’audiovisuel antillais. Désormais expert de la cuisine mais autodidacte dans ce domaine car tout ce qu’il connait lui vient des traditions culinaires de ses parents.

Les recettes et l’Art de la cuisine, il les a appris avec sa mère et aussi grâce au savoir-faire de sa grand mère. Jean-Michel Rosalie qui aime faire « à manger » est un gastronome antillais et il a l’intention d’innover dans le métier.

« Tout le monde propose du colombo. C’est bien, mais n’oubliez pas que cette tradition est une coutume indienne. Alors que le balarou et le lambi ce sont nos vraies recettes » déclare le nouveau traiteur qui fait « sa place » dans ce monde déjà bien garni de la cuisine antillaise à Paris. Mais notre nouveau chef, optimiste et courageux, à des idées et déjà de multitude de contacts pour faire « son chemin » dans la profession. Il prépare ses flyers, ses cartes de visite et sa page Facebook et son site sont programmés pour mieux se faire un nom à Paris.

Il y a un mois, Jean-Michel Rosalie, père de famille, était encore niché confortablement dans son studio de réalisateur à Radio Caraïbe International (RCI) situé sur les hauteurs de la ville de Fort-de-France à la Martinique : « Même si je tenais quand même de petits stands de vente, j’en ai eu assez de ma routine. Cela durait depuis 20 ans. Je voulais changer et me consacrer à une passion, celle de cuisiner » nous confie l’ancien réalisateur radio.

Originaire de la Baie du François en Martinique, Jean-Michel Rosalie est papa et mari depuis quelques années quand il démissionne et décide de venir en métropole. Aujourd’hui, sans filet mais avec conviction, il nous explique comment il se lancera dans ce domaine qu’il aime depuis toujours. Et il semble réussir déjà. Des commandes sont inscrits sur son futur agenda, des anciens collègues, comme ce vendredi Jean-Philippe Ludon, se déplacent exprès pour le voir, manger et transmettre son message.

En ce septième jour de Foire, tout semble aller au mieux pour le martiniquais Jean-Michel Rosalie et son équipe dans les fourneaux. Il a recruté deux vendeuses et une « bonne » cuisinière de son île pour « sublimer » ses plats. En plus du balaou et du lambi, vous trouverez au choix, du macadam ou du migan de fruit à pain.

Ce vendredi, il est 14 heures, Jean Rosalie met en vitrine : « Des assiettes de balaous frits, le lambi se vend tellement bien qu’il n’en reste plus pour l’instant » s’étonne le jeune chef martiniquais.

Entre deux clients, ses voisins de stands lui rendent visite et le confortent dans sa démarche, car c’est la première fois que Jean-Michel Rosalie est un exposant à la Foire de Paris. C’est son premier mois à Paris comme nouvel habitant et ce sont ses premiers pas comme gastronome martiniquais en Ile-de-France.

Jean-Michel Rosalie explique au micro de Dorothée Audibert-Champenois comment pourquoi il change de métier et comment il a prévu de s’installer durablement à Paris.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy


Images C’news Actus Dothy