Patrimoine : Le Lamentin et Fort-de-France gagnent ex-æquo le championnat de danses traditionnelles à la Ciotat

Fin juillet, à 31 kms à l’Est de Marseille, l’association AMC Dom Tom présentait la 7ème édition de « Karaïb Plage Festival », en présence de Manuéla Kéclard-Mondésir, la Députée de la Martinique  et d’Andrée Gros, Conseillère municipale de la Ville de La Ciotat.

Cette année, la Martinique était l’invitée d’honneur de l’événement qui se déroulait dans la ville de la Ciotat dans le Sud de la France. Non loin de la grande plage de sable, le public a répondu à l’appel des organisateurs (Gisèle Soundi). Ils étaient nombreux à l’Esplanade Langlois au cœur de la ville dès l’ouverture du village créole.

Du jeudi 26 juillet au dimanche 29 juillet, le Karaïb Plage Festival ouvrait la période estivale sous le signe des tropiques.

Défilés de costumes traditionnels, chants, danses étaient au programme du Festival qui recevait plusieurs groupes ultramarins composés d’enfants, d’adolescents et d’adultes.

Six troupes concourraient au championnat de danses traditionnelles dont Kadan’s Kréol, Emergence Foyal, Fleur des îles, Madianna Traditionnel, Karaïb Vibe et M’Kazih. Partage Passion Polynésie et Alliance K complétaient les danses et démonstrations proposées tout au long du Festival.

Ce week-end créole organisé par l’association AMC Dom Tom était animé par les artistes Dédé Saint-Prix, Damogueez et le maître du Bèlè Jean-Philippe Grivalliers (ci-dessous).

Venue pour soutenir la manifestation, Séverine Dany, une des deux déléguées du Crefom Paca s’est dite honorée de la présence de Jean-Philippe Grivalliers.

Jean-philippe Grivalliers, un artiste très actif pendant le Festival, entre prestations et cours de danses, l’antillais a ravivé l’âme du Bèlè martiniquais.

Une culture valorisée par les nombreux projets des associations dans l’hexagone même si elles avouent se sentir en danger depuis quelques années. Les protestations se font entendre contre les institutions, délégation ministérielle, ministère des Outre-mer ou partenaires locaux, qui ne répondent plus aux attentes financières des associations. Pourtant, des groupes culturels qui se font un devoir de mettre en avant la culture ultramarine et contribuent à promouvoir le tourisme des régions d’outre-mer.

Envisagé au mois de juillet dans la ville de Menton, « le Festival Carnet des îles n’aura pas lieu, par manque de soutiens de nos institutions » se désole, la martiniquaise Séverine Dany, qui ajoute « Incompréhensible ! Les associations ne tiendront pas ! ».

Présidente de l’association Label’Karaïb, qui organise l’événement, la responsable de l’association ne compte désormais que sur l’aide de la Collectivité Territoriale de la Martinique pour faire sortir son projet des tiroirs. Comme, nombre de responsables d’association dans l’hexagone, l’antillaise qui espère devenir un jour ambassadrice de son île, s’interroge sur l’avenir à court terme des associations culturelles des ultramarins en France.

Avec sa compatriote Yvette Lavallière (ci-dessus en bleue) qui réside à Aubagne, membre du Jury au  championnat de danses à la Ciotat, Séverine Dany a participé à la clôture de Karaïb Plage Festival de l’AMC Dom-Tom présidée par Giséle Soundi.

Au terme de quatre jours de rencontre autour de l’artisanat, la gastronomie, des jeux et de parades deux formations martiniquaises sont arrivées 1er ex æquo  au championnat de danses traditionnelles antillaises. Elles ont reçu toutes les deux le premier prix de ce concours, il s’agit  du ballet Madin’Kera de l’associations Emergence Foyal et le ballet Kadan’s Kréol de l’association Jeunesse en Fleur.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy  Captures d’images C’news Actus Dothy/Source vidéo Ville de la Ciotat/RSD.