« Pierre Aliker et Nous »

Vues : 3

pierre-aliker-nelson-mandela

Par : Max Balustre

Pierre Aliker et Nous

Aujourd’hui 6 décembre 2013, le monde entier rend hommage à Nelson Mandela, et comme en écho, la Martinique unanime salue la mémoire de Pierre Aliker.

Nelson Mandela – Pierre Aliker, deux hommes, deux parcours à résonance exceptionnelle pour deux communautés nègres.
L’histoire retiendra certainement pour chacun d’eux , eu égard à leur rayonnement respectif, qu’ils ont chacun inscrit leur action
à l’échelle de leur société,
à l’échelle de leur communauté,
à l’échelle de leur peuple.

pierre-aliker-et-nous

PEUPLE, faire peuple, donner au mot réalité, en rassemblant, en fédérant tant il est vrai que la réalité peuple se nourrit de cohésion.
Au lendemain de la dernière guerre, dans cette Martinique de la « Rue case nègres », Dieu sait si nous avions besoin de cohésion, de défenseurs, et de justice. C’était un idéal, que la génération d’Aliker avait fait sien.

Lui qui avait choisi de revenir exercer dans son pays parce qu’il se savait redevable des sacrifices du coupeur de cannes, a porté haut le flambeau de l’engagement. Un engagement d’abord personnel contre cette société coloniale, dont l’un des membres représentatifs de la caste béké avait mis à prix, la tête de son frère André. Crime impuni dont il a gardé la meurtrissure sa vie entière.

Mais ce qui m’émeut dans l’évocation du personnage, au-delà de ses options politiques, c’est certainement son style, sa pensée, sa liberté d’esprit et de ton. CAR S’IL Y A UNE CARACTERISTIQUE DE L’HOMME QUI DEVRAIT INSPIRER C’EST BIEN CETTE DERNIERE, LA LIBERTE D’ESPRIT ET DE TON QUI TRADUISAIT UNE CULTURE GENERALE HORS PAIR.
Penser par soi même, rassembler sa pensée et dire, oser dire, oser dénoncer l’inacceptable, dire le beau le vrai, se faire entendre.
Collègues, s’il faut se faire une idée de Pierre Aliker c’est dans ses discours que vous le débusquerez le mieux. A l’instar de Georges Desportes qui dans l’un de ses poèmes parle de son droit de gueule, avec tout ce que la formule peut avoir d’iconoclaste, Pierre Aliker avait droit de plume, droit de dire, avec ce- je- ne sais-quoi forçant le respect.

C’est là l’exemple.

Quand le fracas des hommages se taira, laissant place à la vie sans lui, il nous appartiendra de cultiver NOUS aussi ce droit de dire, pour faire reculer limites de cette PEUR qui nous taraude, où que nous soyons, au travail , dans nos familles, dans notre vie en société.
Casser les barreaux de la cage de fer de la peur, pour faire reculer et réduire à néant les compromissions, les petites lâchetés, les concessions indignes,

A L’EXEMPLE DE PIERRE ALIKER
UN NOM QUI PLUS QUE JAMAIS
CLAQUE COMME UN DRAPEAU DANS LE VENT DE LA DIGNITE !