« Plage interdite aux locaux » en Guadeloupe ? : La ville de Saint-François met les points sur les i

plage-anse-des-rochers

La commune de Saint-François a réagi face à l’ampleur de la polémique suscitée suite au coup de gueule d’une internaute à propos de la plage de l’Anse des Rochers en Guadeloupe. Cette dernière explique dans un message publié sur les réseaux sociaux qu’elle avait été « chassée, avec sa famille, par une personne lui indiquant que cette plage était interdite aux locaux »

Dans un communiqué, la municipalité met les points sur les i et indique que « toute personne, sans distinction, peut jouir de l’usage de cette plage, à condition d’y respecter les règles élémentaires de la vie en commun » …

Saint-François, Guadeloupe, mardi 23 avril 2019 – La municipalité de Saint-François a été interpellée par le témoignage d’un usager de la plage de l’Anse des Rochers qui circule depuis hier soir sur les réseaux sociaux et le système de messagerie instantanée WhatsApp. Dans ce témoignage, l’usager en question dit avoir été chassé de la plage, avec sa famille, par une personne qui s’est présentée comme propriétaire à la Résidence Anchorage. Cette dernière ayant avancé un prétendu caractère privé de cette partie du littoral. Face à cet évènement, la municipalité de Saint-François souhaite rappeler quelques règles fondamentales relatives au littoral et à sa fréquentation.

Tout d’abord, la municipalité tient à rappeler que la loi dite « Littoral » du 3 janvier 1986 a réinscrit la zone des 50 pas géométriques dans le domaine public de l’Etat, sanctuarisant cette zone comme inaliénable et imprescriptible, alors que la loi du 2 avril 1955 et son décret d’application incorporaient cette zone dans le domaine privé de l’Etat, impliquant ainsi la possibilité de la céder.

Cela implique donc pour le cas particulier de la plage de l’Anse des Rochers, comme partout ailleurs en Guadeloupe, que cette dernière a et conserve un caractère public.
Dès lors, toute personne, sans distinction, peut jouir de l’usage de cette plage, à condition d’y respecter les règles élémentaires de la vie en commun.

La municipalité rappellera aussi aux propriétaires, dans un courrier, qu’ils ont l’obligation légale de laisser le droit de passage aux usagers de la plage, de ne pas modifier l’état des lieux et laisser la signalisation en place. De plus, les articles R121-37 et R121-41 du Code de l’Urbanisme prévoient qu’une bande de 3 mètres soit laissée pour accès au littoral et sa fréquentation.

Par ailleurs, la municipalité de Saint-François rappelle que le camping sur les plages de son territoire, à l’exception de la Coulée, est strictement interdit.