Policiers en colère : « A chaque mobilisation, le gouvernement vient nous féliciter mais derrière, il n’y a rien de concret »

« Certains de mes collègues ont enchaîné 23 heures de travail pour encadrer les manifestations des Gilets jaunes » fustige un représentant de l’association Mobilisation des policiers (MPC) en colère.

Le mécontentement des Gilets jaunes a fait tâche d’encre chez les policiers qui réclament également la revalorisation de leur pouvoir d’achat et de meilleures conditions de travail. 27 millions d’heures supplémentaires n’ont pas été payés, les fonctionnaires sont à bout émotionnellement et physiquement.


Les policiers, gendarmes ou compagnies de CRS, épuisés demandent au gouvernement d’entendre leurs nombreuses revendications et menacent le pouvoir d’une prochain acte 1 des Policiers en colère.

Linda Kebbab, déléguée nationale de l’unité SGP Police, a décrit lundi sur RMC, le malaise des gardiens de la paix : « Le gouvernement (d’Edouard Philippe) a prouvé que seul le rapport de force marche » constate la syndicaliste Linda Kebbab. Et sur la chaîne en continu BFM, la policière a tenu a rappeler la charge de travail des fonctionnaires qui s’est amplifiée depuis les mobilisations des Gilets jaunes et la menace terroriste toujours en cours. 
Ceux  qui ont pour devoir d’assurer la sécurité et le maintien de l’ordre, manquent de moyens matériels et humains, insiste la policière. Face à des agents exaspérés, Linda Kebbab estime qu’il est temps de « passer à l’action ». « Nous avons décidé de mettre en place l’Acte 1 des policiers dès 2019» conclut la déléguée nationale de SGP Police.

Si les forces de l’ordre dénoncent une non valorisation de leur pouvoir d’achat, (gel du point d’indice, non-paiement des heures supplémentaires, allongement des journées de carence), Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint du syndicat Alliance, résume la situation comme « explosive ».« Au vu de l’engagement sans faille des policiers, nous exigeons un retour immédiat sur l’investissement, avec un véritable plan Marshall » a déclaré le Syndicat Alliance Police Nationale.

« A chaque mobilisation, le gouvernement vient nous féliciter mais derrière, il n’y a rien de concret, c’est un simple coup de com » lance Guillaume Lebeau, Vice-Président de l’association des policiers en colère (MPC).

« Face au mépris du ministre de l’Intérieur et du Président »,  le syndicat de police Alliance appelle au blocage des commissariats, dès mercredi 19 décembre 2018. 

Les policiers sont invités à se rassembler devant le commissariat du VIII ème arrondissement de Paris.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy/Antillesboxmails – Images Captures écrans